Le Temps suit en détail ce moment historique qu'est le second procès en destitution d'un président américain.

Le procès en destitution de Donald Trump avance à grands pas. Avec, désormais, cette question, centrale: la présentation des documents inédits de l’attaque du Capitole, présentée mercredi par les procureurs démocrates, va-t-elle influencer certains sénateurs républicains et les faire changer d’avis? C’est ce qu’espère le président Joe Biden, qui jusqu’ici avait préféré rester discret. Il faudrait toutefois que dix-sept républicains votent avec les démocrates pour que Donald Trump soit reconnu coupable d’«incitation à l’insurrection» et puisse être déclaré inéligible. Un chiffre qui semble à ce stade difficile à atteindre. Malgré le poids des mots et le choc des images. Malgré les cris d’assaillants appelant à «pendre Mike Pence», qui ont une nouvelle fois résonné dans l’hémicycle.

Une rhétorique incendiaire

Jeudi, les procureurs ont poursuivi leurs démonstrations, en accumulant les tweets, les extraits vidéos et les images. Leur but: prouver que Donald Trump est capable de récidiver et qu'il doit être tenu à l'écart du pouvoir.