L’essentiel

Le Conseil fédéral prolonge la gratuité des tests jusqu’au 10 octobre.

Les Etats-Unis ont autorisé une 3e dose de vaccin Pfizer pour les personnes âgées ou à «risque».

L’Organisation mondiale de la Santé a officiellement recommandé ce vendredi un troisième traitement contre le Covid-19, les anticorps de synthèse de Regeneron, sous conditions.


■ La Tunisie lève le couvre-feu nocturne

Le président tunisien Kais Saied a décidé vendredi de lever le couvre-feu nocturne en vigueur presque sans discontinuer depuis mars 2020 pour limiter la propagation de l’épidémie, tout en imposant le certificat vaccinal pour la participation aux évènements publics ou privés.

La levée du couvre-feu, actuellement en vigueur entre minuit et 05h00, sera effective à partir de dimanche, a précisé la présidence dans un communiqué. La présentation d’un certificat de parcours vaccinal complet de deux doses sera toutefois désormais obligatoire pour «participer aux manifestations, activités et rassemblements publics et privés dans les espaces ouverts ou fermés», a précisé le communiqué.

Après un pic de la contamination entre le 7 et 13 juillet avec plus de 3000 cas par jour et plus de 100 décès, la Tunisie a connu ces dernières semaines une baisse considérable du nombre de malades et de morts. 


■ Plus de 7500 déclarations d’effets indésirables liés à la vaccination

Sur quelque 10 millions de doses de vaccins injectées en Suisse, 7571 ont donné lieu à une déclaration d’effets indésirables jusqu’au 21 septembre. La majorité (65,6%) de ces effets n’étaient pas grave. Les personnes concernées étaient âgées en moyenne de 54,4 ans et parmi elles, 16,4% avaient 75 ans ou plus, indique vendredi Swissmedic. Dans les cas considérés comme graves (34,4%), l’âge moyen était de 57,1 ans.

Dans les déclarations faisant état de décès concomitant à la vaccination, la moyenne s’établissait à 80,1 ans. Dans 145 de ces cas graves, l’on a dû déplorer le décès de la personne vaccinée après un laps de temps plus ou moins long. Malgré la concordance temporelle, rien n’indique concrètement que le vaccin est à l’origine du décès.

La majorité des déclarations concernaient des femmes. Près des deux tiers des déclarations (67%) concernaient le vaccin Moderna et 31,3% celui de Pfizer/BioNTech. Ces déclarations ne modifient pas le profil bénéfice-risque positif des vaccins contre le Covid-19 utilisés en Suisse, souligne Swissmedic.


■ Mise à jour de la liste des pays à risque: l’Albanie ajoutée

La liste des pays à risque a été actualisée. Les restrictions d’entrée sont levées pour les voyageurs en provenance d’Uruguay. Elles sont en revanche instaurées pour les voyageurs en provenance d’Albanie, d’Arménie, d’Azerbaïdjan, de Brunei, du Japon et de Serbie à partir de lundi 27 septembre.


■ Près de 60 nouvelles hospitalisations en Suisse

Selon le bulletin quotidien de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP):

  • La Suisse compte 1502 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures;
  • 15 décès supplémentaires sont à déplorer;
  • 59 malades ont été hospitalisés;
  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39 473 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 3,81%.

Concernant la vaccination. Au total 10 312 971 doses de vaccin ont été administrées et 54,57% des personnes ont déjà reçu deux doses.


■ Des vaccins Johnson & Johnson bientôt utilisés en Suisse

Alain Berset, ministre de la Santé a annoncé que la Suisse pourrait bientôt introduire un troisième vaccin. «Nous sommes sur le point de recevoir le vaccin de Johnson & Johnson», a-t-il indiqué. Le Conseil fédéral communiquera prochainement les détails.


■ Le certificat covid encore nécessaire

Interrogé sur la fin du certificat covid, Alain Berset a répondu qu’elle serait «envisageable» une fois que la situation se trouve sous contrôle. Le taux d’occupation des hôpitaux est trop élevé, selon le Conseil fédéral. Il attend de voir l’évolution de la situation lors de l’arrivée de l’automne. L’obligation de certificat dans certains lieux court jusqu’au 24 janvier 2022. «Cela ne signifie pas que nous attendons cette date. Nous analysons chaque semaine les chiffres», a précisé le conseiller fédéral.


■ Le Conseil fédéral souligne la nécessité de la vaccination

«La Suisse sera confrontée à un hiver difficile en raison de la faible couverture vaccinale de la population», écrit le Conseil fédéral dans un communiqué. En conférence de presse, Alain Berset, le conseiller fédéral chargé de la Santé a indiqué que le taux de personnes ayant reçu une première dose, autour de 62%, est bas en comparaison des pays voisins. «Il n’y a pas de raccourci pour sortir de cette situation. Il est encore temps de faire le pas de la vaccination. Les vaccins sont gratuits et extrêmement efficaces», a-t-il insisté.

«On a tous en tête l’expérience de la fin septembre de l’année passée», a rappelé le Fribourgeois devant les médias. Et de poursuivre: «On va au-delà de mois difficile, la situation peut vite changer». L’incidence actuelle est nettement plus élevée que l’année passée, malgré la vaccination. Ne rien faire aujourd’hui, c’est prendre le risque de stagner encore longtemps, a ajouté le ministre.

Le Conseil fédéral s’inquiète en particulier des mois plus froids. «Dès que la vie sociale aura davantage lieu à l’intérieur ces prochains mois, la circulation du virus risque d’augmenter de nouveau. Cela devrait mettre encore une fois les hôpitaux sous pression. Seule une augmentation significative du taux de vaccination permettra d’endiguer davantage la circulation du virus», écrit le gouvernement fédéral.


■ Accès facilité aux certificats covid pour les touristes

Le Conseil fédéral veut faciliter l’accès aux certificats covid pour les touristes visitant la Suisse. Les personnes ayant reçu un vaccin autorisé par l’Agence européenne des médicaments et qui ont besoin d’un certificat suisse pourront en faire la demande. L’objectif est de permettre aux touristes de participer plus simplement à la vie sociale en Suisse, indique le Conseil fédéral.

Il appartiendra aux cantons de vérifier les documents présentés et d’établir les certificats. La Confédération souhaite créer une plateforme électronique centralisée pour faciliter le processus. Le Conseil fédéral met cette proposition en consultation.

Les personnes qui ont été vaccinées avec un produit qui figure uniquement sur la liste de l’OMS ne peuvent obtenir un certificat suisse que si elles résident sur le territoire helvétique. Elles doivent se présenter personnellement au centre de contact de leur canton de résidence.


■ Les tests resteront gratuits dans certains cas

Le Conseil fédéral veut faire payer les tests de dépistage du Covid-19, à quelques exceptions:

  • Pour les jeunes de moins de 16 ans;
  • Pour les personnes qui, pour des raisons médicales, ne peuvent pas se faire vacciner;
  • Pour les personnes qui souhaitent rendre visite à des proches à l’hôpital. Elles pourront faire un test qui ne mènera pas l’obtention d’un certificat covid;
  • Pour les personnes symptomatiques.

■ Le Conseil fédéral prolonge la gratuité des tests de dix jours, mais reste ferme sur la stratégie

La décision était attendue. Le Conseil fédéral annonce prolonger la gratuité des tests pour tous jusqu’au 10 octobre, soit dix jours de plus. Une «flexibilité» pour répondre à la contestation. Plusieurs partis politiques demandaient un prolongement du dispositif pour éviter de créer une société à deux vitesses au moment où l’utilisation du certificat covid s’étend. Les personnes en attente de la deuxième dose de vaccin bénéficieront également de tests gratuits jusqu’à fin novembre, du moins c’est la proposition qui sera soumise aux cantons, aux partenaires sociaux et aux autres milieux. Une décision doit être prise le 1er octobre.

Si les autorités lâchent un peu de lest, conscientes des «réflexions difficiles» que suscite la vaccination pour une partie de la population, elles ne remettent pas en cause l’ensemble de la stratégie. Les tests ont un coût pour la société, environ 47 millions de francs par semaine à la charge de la Confédération.

«Après une nouvelle discussion approfondie, le Conseil fédéral estime toujours qu’il n’appartient pas à la collectivité́ de financer les frais de dépistage des personnes qui ne se font pas vacciner», indique le communiqué.


■ Zurich: obligation de certificat pour les visites dans les hôpitaux

Dès le lundi 4 octobre, les visiteurs des hôpitaux et des EMS du canton de Zurich ne pourront rendre visite à leurs proches qu’avec un certificat valide. C’est ce qu’a décidé le gouvernement zurichois vendredi, indique la NZZ. Les employés des hôpitaux, des EMS et des organisations de soins à domicile doivent aussi posséder un certificat ou être testés régulièrement. L’obligation devrait rester en vigueur jusqu’au 24 janvier 2022 et s’applique aux personnes de plus de 16 ans.


■ Le chef de l’extrême droite autrichienne s’offusque qu’on le croit vacciné

Herbert Kickl a brandi vendredi à la télévision un certificat médical prouvant qu’il n’avait pas d’anticorps de Covid-19, afin de «couper court aux rumeurs» selon lesquelles il se serait fait «vacciner en secret». Seul opposant de la vaccination à ce niveau de responsabilité, le responsable du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) a convoqué la presse pour rétorquer à «une attaque frontale contre sa crédibilité».

Selon lui, un opposant politique a répandu le bruit qu’il aurait reçu une injection, contrairement à ce qu’il affirme publiquement depuis des mois.


■ Nouveau record de décès quotidiens en Russie

La Russie a enregistré vendredi un nouveau record de morts quotidiennes dues au Covid-19, Selon le bilan quotidien fourni par le centre de crise du gouvernement russe, 828 personnes sont mortes du virus ces 24 dernières heures.


■ Confronté à une «forte demande», le canton de Vaud augmente son offre de tests

Les vacances d’octobre approchent, et la pression augmente. Le canton de Vaud va augmenter son offre de tests de dépistage au centre de Beaulieu, à Lausanne, pour faire face à une «forte demande». «Il recommande à celles et ceux qui souhaitent un certificat COVID de personne testée négative pour voyager d’anticiper ce besoin», indique le communiqué. Autres raisons avancées pour expliquer ce renforcement du dispositif: l’extension du certificat COVID et l’obligation de se faire tester après un séjour à l’étranger.


■ Cuba va rouvrir bars et restaurants, fermés depuis janvier

Les bars et restaurants de Cuba, fermés depuis janvier à cause du coronavirus, rouvriront progressivement à partir de vendredi dans une grande partie du pays, ont annoncé les autorités. Elles mettent en avant la bonne progression de la campagne de vaccination.

Cette réouverture de 533 établissements publics et privés répond au «processus de vaccination mené avec succès» sur l’île, a expliqué à la télévision la ministre du commerce, Betsy Diaz. L’idée est de «commencer la réouverture des services gastronomiques de façon progressive» dans huit des 15 provinces cubaines, a précisé le gouverneur de La Havane, Reynaldo Garcia Zapata.

«Ce n’est un secret pour personne que nous avons besoin de la réouverture et de la relance économique». Cuba vit sa pire crise économique depuis 1993, en raison de l’absence de touristes et du renforcement de l’embargo américain.


■ L’OMS recommande les anticorps de Regeneron, mais seulement dans certains cas

L’Organisation mondiale de la Santé a officiellement recommandé vendredi un troisième traitement contre le Covid-19, les anticorps de synthèse de Regeneron, mais seulement dans certains cas bien précis.

Selon un avis des experts de l’OMS publié dans la revue médicale The BMJ, ce traitement est recommandé d’une part chez «les patients avec des formes non-sévères du Covid qui sont à haut risque d’hospitalisation», comme les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est affaibli (par un cancer ou après une greffe d’organe, par exemple). D’autre part, le traitement est recommandé chez les patients atteints «d’une forme sévère ou critique et qui sont séronégatifs, c’est-à-dire qui n’ont pas développé leur propre réponse en anticorps» malgré l’infection.

«Pour tous les autres types de patients Covid-19, il est peu probable que les bénéfices apportés par ce traitement aux anticorps soient significatifs», écrit The BMJ dans le communiqué de presse qui accompagne cet avis.

«Etant donné le coût élevé et la faible disponibilité de ce traitement, (l’agence internationale d’achat de médicaments) Unitaid est en train de négocier avec le laboratoire Roche […] pour obtenir des prix plus bas et une distribution équitable à travers toutes les régions, en particulier les pays à faible et moyen revenu», a souligné l’OMS dans un communiqué distinct.