La Corée du Nord a testé des missiles de croisière à longue portée et des missiles balistiques à courte portée cette semaine, ont affirmé vendredi un média d’Etat. Pyongyang a procédé à six tirs d’essai depuis le début de l’année.

Lire aussi: La Corée du Nord a tiré un «projectile» non identifié, affirme l’armée sud-coréenne

La Corée du Nord a procédé cette semaine à un essai de mise à jour du système de missiles de croisière à longue portée et à un essai de confirmation de la puissance d’une ogive conventionnelle pour un missile tactique sol-sol, a déclaré l’agence officielle Korean Central News Agency (KCNA).

Selon KCNA, Pyongyang a testé mardi des missiles de croisière à longue portée qui ont survolé la mer située à l’est de la péninsule et ont atteint «l’île cible située à 1800 km». Jeudi, la Corée du Nord a testé des missiles balistiques à courte portée qui ont frappé une «île cible», a détaillé l’agence, «prouvant que la puissance explosive de l’ogive conventionnelle était conforme aux exigences de conception».

Kim visite une usine

Les autorités nord-coréennes ont procédé à un sixième tir d’essai depuis le début de l’année, dont des missiles hypersoniques, et ont laissé entendre la semaine dernière qu’elles pourraient reprendre leurs essais nucléaires et d’armes à longue portée – mis en pause depuis un moratoire auto-imposé en 2017.

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a également visité une usine de munitions, selon KCNA. Sur une photographie publiée par l’agence de presse, on le voit rayonnant, portant son habituel long blouson de cuir noir à ceinture, entouré d’officiels en uniforme.

Kim Jong-un  «a hautement apprécié l’usine qui a réalisé des innovations collectives et des progrès considérables dans la production d’armes majeures», a rapporté KCNA. Cette série d’essais prohibés par les sanctions a suscité une condamnation mondiale et une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU. Les Etats-Unis ont également imposé de nouvelles sanctions en réponse, suscitant la colère de la Corée du Nord.

La période est délicate pour la région: la Chine, seul allié majeur du régime nord-coréen, accueille les jeux Olympiques d’hiver en février et la Corée du Sud tient une élection présidentielle en mars.

Pyongyang se prépare à célébrer le 80e anniversaire de la naissance du père de M. Kim, le défunt dirigeant Kim Jong-il, en février, puis le 110e anniversaire de Kim Il-sung, le dirigeant fondateur du pays, en avril.