La Corée du Nord a tiré un missile balistique non identifié en mer, le troisième en moins d’une semaine, a annoncé jeudi l’armée sud-coréenne, quelques heures après le départ de Corée du Sud de la vice-présidente américaine Kamala Harris. «La Corée du Nord a tiré un missile balistique non identifié en mer de l’Est», plus connue sous le nom de mer du Japon, a indiqué le chef d’état-major sud-coréen dans un communiqué. Le Ministère de la défense japonais, cité par les garde-côtes de ce pays, a également fait état d’un possible missile balistique par la Corée du Nord.

Durant sa visite Kamala Harris s’est rendue à la frontière fortement militarisée avec la Corée du Nord, dans le cadre d’un voyage destiné à renforcer les engagements en matière de défense entre Washington et Séoul. La Corée du Nord avait procédé à deux tirs de missiles balistiques dans les jours précédant la venue de la dirigeante américaine, poursuivant une série record de tests d’armes depuis le début de l’année.

Lire aussi: La vice-présidente américaine en Corée du Sud au lendemain de tirs de missiles du Nord

L’engagement des États-Unis pour la défense de la Corée du Sud est «inébranlable», a déclaré Kamala Harris, assurant que Washington et Séoul étaient «alignés» dans leur réponse à la menace croissante des programmes d’armement du Nord. Les Etats-Unis ont quelque 28 500 soldats en Corée du Sud pour aider ce pays face à la menace d’une attaque de son voisin du Nord. Séoul a annoncé jeudi sa participation à des manœuvres anti-sous-marins avec le Japon et les Etats-Unis, pour la première fois depuis 2017. Des officiels sud-Coréens ont assuré cette semaine avoir des indications selon lesquelles Pyongyang pourrait préparer un tir de missile balistique depuis un sous-marin.