Les quatre pistes les plus vraisemblables

Les Chemises rouges

L’attentat meurtrier de l’Erawan pourrait être lié aux fortes tensions politiques entre la junte qui a pris le pouvoir en mai 2014 et les groupes de citoyens qui s’opposent à elle. Ces groupes sont constitués par les Chemises rouges, les partisans de l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé lors d’un autre coup d’Etat en 2006, ainsi que par des étudiants et des intellectuels progressistes. Cette hypothèse pèche par le fait que ces opposants se sont toujours limités jusqu’à présent à des actions symboliques de résistance.

Une faction militaire rivale

Autre scénario: une faction militaire rivale de la clique des généraux qui dirigent le pays pourrait ne plus supporter d’être écartée des postes de commandement. Une telle faction aurait la capacité logistique d’organiser un tel attentat, mais l’esprit de corps est puissant au sein de l’armée thaïlandaise quelles que soient les divergences d’intérêts entre clans rivaux.

Les séparatistes musulmans

La piste la plus souvent évoquée est celle de l’insurrection séparatiste musulmane qui sévit depuis les années 1960 dans l’extrême sud du royaume mais qui s’est intensifiée depuis 2004. Plus de 6500 personnes ont été tuées lors d’attentats ou de fusillades dans cette région depuis 2004. Toutefois, les rebelles malais musulmans n’ont presque jamais organisé d’opérations hors de la région sud et le mode opératoire de l’attentat de Bangkok, ainsi que les explosifs utilisés sont très différents de ceux des séparatistes.

Les indépendantistes ouïgours

La dernière hypothèse, rarement mentionnée par les médias thaïlandais, est celle d’une opération commise par des militants Ouïgours, des musulmans originaires du Xinjiang, une région de l’ouest de la Chine où ils sont réprimés par les Chinois. Bangkok a déporté en Chine 109 Ouïgours qui s’étaient réfugiés sur son sol en juillet. Selon cette théorie, l’attentat aurait pu être organisé en représailles à la fois contre la Chine – plusieurs touristes tués et blessés lors de l’explosion sont Chinois – et contre la Thaïlande.