Près de 5 800 personnes soupçonnées d'avoir commis des infractions pénales en lien avec le Covid-19, comme des fraudes ou même des homicides, ont été arrêtées en Chine depuis janvier, a rapporté le parquet populaire suprême. «De janvier à juillet, 5 797 personnes ont été arrêtées et 6 755 ont été poursuivies.» Le communiqué ne précise pas combien de personnes sont toujours en détention ni si certaines ont déjà été condamnées.

Certaines sont accusées d'avoir organisé des collectes de fonds trompeuses, des ventes d'équipements médicaux défectueux, d'avoir fait de fausses déclarations sur leur état de santé ou encore d'avoir dissimulé leurs déplacements.

A lire aussi: La Chine recherche un vaccin à marche forcée

Mais d'autres affaires sont plus graves. Un individu est par exemple suspecté d'avoir frappé à mort un client d'un supermarché qui lui demandait de porter un masque, un autre d'avoir volontairement percuté du personnel médical avec sa voiture, et un troisième d'avoir tué au couteau un agent lors d'un contrôle de température.

Une maladie largement endiguée sur le territoire

Le nouveau coronavirus a été détecté pour la première fois en Chine fin décembre 2019 dans la grande ville de Wuhan (centre). Depuis, les autorités ont lancé une campagne de grande ampleur pour endiguer la progression du Covid-19. Elle s'est matérialisée de diverses façons: confinement strict de quartiers ou de villes, contrôle des températures, quarantaine de 14 jours à l'arrivée dans le pays, ou encore suivi des habitants par géolocalisation ou historique des voyages afin d'identifier rapidement les malades.

Lire encore: L’OMS révise la chronologie du Covid-19

Le port du masque est imposé dans les supermarchés, les cinémas et d'autres lieux clos, mais la majorité des Chinois choisissent de le porter également à l'extérieur par crainte d'une potentielle contamination.

La Chine a désormais largement endigué la maladie sur son territoire. Elle n'a fait état ces derniers jours d'aucun nouveau cas d'origine locale.