A 23h00 à Londres, minuit à Bruxelles ou Genève, l'UE perdra pour la première fois l'un de ses membres. Après trois ans et demi de déchirements qui ont suivi le référendum de 2016 sur les bancs du Parlement et dans les familles, l'événement historique, trois fois reporté, ouvre une nouvelle page qui reste à écrire. Sans marquer la fin des divisions.

Lire aussi notre éditorial:  Entre l’UE et le Royaume-Uni, une alliance à réinventer

Dans la soirée, c'est devant le Parlement de Westminster que les partisans les plus fervents du Brexit savoureront leur victoire. Et dans le nord de l'Angleterre, dans le bastion pro-Brexit de Morley, qui a voté à 60% pour le Brexit, une grande fête s'annonce. «Bruxelles nous dictait quoi faire, ça va changer!», s'enthousiasme Michael Benn, un retraité de 73 ans «vraiment content» que le Brexit arrive.

Royaume fissuré

Les Remainers gardent un goût amer. «Le Royaume-Uni s'isole lui-même du reste du monde. (...) Je pense qu'il faut l'appeler Petite-Bretagne», déplore Peter Benson, un comptable de 57 ans, devant le Parlement à Londres.

Dans certaines parties du Royaume, à l'unité fissurée depuis la victoire du «leave» à 52% en 2016, le goût est amer. En Irlande du Nord, une pancarte d'un mouvement europhile proclame «cette île rejette le Brexit».

Dans l'europhile Ecosse, dont le Brexit a ravivé les velléités d'indépendance, la Première ministre Nicola Sturgeon a évoqué «un moment de réelle et profonde tristesse (...) empreinte de colère». Et a répété sa détermination à lutter contre le refus de Londres d'autoriser un référendum sur le sujet.

Lire aussi l'interview de Nicola Sturgeon: «La seule voie pour que l’Ecosse revienne au cœur de l’Europe passe par l’indépendance»

Drapeau retiré à Bruxelles

Pour le signifier sans équivoque, même après 23H00 vendredi au Parlement écossais, le drapeau européen continuera à flotter. A Bruxelles, en revanche, l'Union Jack qui flottait devant l'enceinte du Conseil européen a commencé à être amené en début de soirée vendredi.

Se posant en rassembleur d'un pays amèrement divisé depuis plus de trois ans et demi, le Premier ministre Boris Johnson, promoteur enthousiaste du Brexit, veille à se garder de tout triomphalisme. Devant ses ministres réunis dans la ville pro-Brexit de Sunderland, il insisté sur sa volonté de «tourner la page des divisions» et «travailler à toute vapeur» pour rassembler le pays.

A Downing street, les bulles qui célèbreront l'événement seront celles du mousseux anglais. Sur la façade, une horloge lumineuse marquera le compte à rebours jusqu'à l'heure fatidique.

Lire encore:  Brexit, le rêve de la pêche miraculeuse

Regrets européens

De Bruxelles à Berlin en passant par Paris, les dirigeants européens ont exprimé leurs regrets et leur détermination à trouver «le meilleur partenariat» possible» pour le Brexit qui porte un coup au rêve européen. «Un signal d'alarme historique» qui doit «nous faire réfléchir», a averti le président français Emmanuel Macron.

Le jour a beau être historique, il n'entraîne pas de grand changement concret dans l'immédiat. Pour que la séparation se fasse en douceur, le Royaume-Uni continuera d'appliquer les règles européennes jusqu'au 31 décembre.

Lire aussi:  Sortir de l’Union européenne, et ensuite?

Complexes négociations

Le Brexit marque surtout le début d'une deuxième saison dans cette longue saga: celle des complexes négociations sur les liens qui uniront Londres et Bruxelles en matière commerciale, de sécurité ou de pêche après la transition. Londres souhaite aboutir en un temps record, avant la fin de l'année, et exclut toute prolongation de la transition au-delà de 2020. Un calendrier jugé très serré à Bruxelles.

Boris Johnson, qui détaillera sa vision en début de semaine prochaine, a déjà clairement annoncé qu'il visait un accord de libre-échange du même type que celui signé par l'UE avec le Canada, sans alignement sur les règles communautaires, quitte à accepter des contrôles douaniers.

Bruxelles, qui craint une concurrence déloyale, a d'ores et déjà prévenu: sans «conditions équitables» en matière d'environnement, de travail ou de fiscalité, pas de «large accès au marché unique». Le gouvernement britannique s'est fixé comme objectif que 80% de ses échanges soient couverts par des accords de libre-échange dans les trois ans. Il pourra dès samedi commencer à négocier avec d'autres pays, comme les Etats-Unis de Donald Trump, qui promet un accord «magnifique».