Racisme institutionnel, un mal américain

Etats-Unis Des manifestants ont été arrêtés à Ferguson, où un Noir avait été abattu

Les tensions raciales demeurent très fortes

Des dizaines de représentants religieux arrêtés, dont le bouillonnant intellectuel noir Cornel West, par des policiers en tenues anti­émeute. Lundi à Ferguson, dans le Missouri, les tensions raciales restaient très fortes. La mort du jeune Afro-Américain Michael Brown, 18 ans, abattu de six balles par un policier blanc, Darren Wilson, remonte pourtant à plus de deux mois. Mais les problèmes de fond demeurent. Le décès récent de Vonderrit Myers, un autre adolescent afro-américain de 18 ans tué par un policier blanc en dehors du service, a attisé les braises d’un racisme qui couve. Le chroniqueur du New York Times Nicholas Kristof, qui est né à l’époque des lois raciales Jim Crow, n’y va pas par quatre chemins: «On a besoin d’un Mandela dans ce pays. Les Etats-Unis, ajoute-t-il, ont accompli des progrès remarquables en matière de droits civiques, y compris en élisant un président noir, mais le pays reste une société profondément inégalitaire.»

A l’échelle individuelle, le racisme existe encore. Mais il s’est apaisé. Plusieurs événements récents mettant des Afro-Américains aux prises avec des policiers blancs montrent toutefois que la discrimination raciale dite institutionnelle est encore fortement ancrée dans l’Amérique de Barack Obama. Il n’est pas question ici de phénomènes tels que le Ku Klux Klan qui est, avec le temps et la lutte des droits civiques, devenue une organisation raciste marginale. Il est question d’institutions démocratiques qui continuent à perpétuer des politiques de nature raciste.

Les événements de Ferguson, où les Afro-Américains constituent les deux tiers de la population alors qu’ils sont très marginalement représentés dans les instances politiques municipales et dans la police, sont à cet égard emblématiques. Au cours du week-end, des milliers de manifestants se sont réunis dans les rues de Saint-Louis autour du slogan «Ferguson October». Quatre jours de mobilisation nationale pour protester contre les violences et les pratiques policières discriminatoires. Conscient de fortes dérives des forces de l’ordre, le ministre de la Justice, Eric Holder, a appelé à une révision totale de la doctrine d’engagement des policiers à une échelle jamais vue depuis l’époque de Lyndon Johnson.

Dans une enquête éclairante, le Washington Post s’est penché sur les pratiques de la police de Ferguson depuis la mort de Michael Brown. Ses conclusions sont préoccupantes. Malgré l’intervention de l’Etat du Missouri et de l’Etat fédéral, lequel a ouvert une enquête sur l’affaire de Ferguson, rien ne semble avoir dissuadé la police locale de continuer une politique flagrante de discrimination. Depuis le mois d’août, elle a arrêté plusieurs centaines de manifestants pour des raisons futiles en violation de lois non écrites: rassemblement illégal ou production excessive de bruit. Beaucoup d’entre eux ont été maintenus en détention sans qu’on leur en signifie la raison. Certains officiers de police ont appliqué ce qu’ils appellent la règle des «cinq secondes». Tout manifestant arrêtant de marcher pendant ce laps de temps est susceptible d’être arrêté. «Au moins un policier, relève le quotidien de Washington, surveillant les manifestations, portait un bracelet affichant: «Je suis Darren Wilson», l’homme qui a abattu Michael Brown et qui devrait bientôt connaître son sort. Un grand jury est en train de se pencher sur son cas. Pour l’heure, il est en congé forcé, mais aucune charge ne pèse sur lui.

Le racisme institutionnel fait des ravages. Les prisons abondent de détenus afro-américains. La cause n’en est plus Jim Crow. Les sentences prononcées contre les Noirs sont beaucoup plus lourdes en vertu de lois mises en application dans le cadre de la guerre contre les drogues lancée dans les années 1990. C’était sous la présidence de Bill Clinton, souvent dépeint comme le «premier président noir des Etats-Unis» pour avoir tendu davantage la main à ce qui est aujourd’hui la seconde minorité du pays. Or sous Bill Clinton, les incarcérations de Noirs ayant violé la loi sur les stupéfiants ont explosé. Plus de la moitié des prisonniers en Amérique sont Afro-Américains ou Hispaniques. Le président Barack Obama a réussi à convaincre le Congrès d’adopter le Fair Sentencing Act, qui corrige un peu le tir en imposant à la justice de ne pas appliquer des sentences plus lourdes aux minorités.

La discrimination institutionnalisée ne date pas d’aujourd’hui. Le président démocrate Franklin Roosevelt, l’emblème du progressisme, a lui-même poussé à l’adoption d’une loi sur le logement foncièrement discriminatoire à l’égard des Afro-Américains. Si Chicago connaît son ghetto noir dans le South Side, l’artisan du New Deal en est en partie responsable. Et pendant longtemps, la Social Security (retraites), créée aussi dans les années 1930, ne bénéficiait pas aux Noirs.

A Ferguson, tout manifestant arrêtant de marcher pendant cinq secondes risque l’arrestation