Ce mardi soir, Tel-Aviv a été la cible de 130 roquettes lancées depuis la bande de Gaza par le Hamas, selon ce dernier. Depuis lundi soir, et avant la salve sur Tel-Aviv, environ 480 roquettes avaient été envoyées par différents groupes palestiniens depuis la bande de Gaza vers Israël, d'après l'armée israélienne. Elles ont fait trois morts et des dizaines de blessés jusqu'à présent.

Quant aux frappes aériennes sur la bande de Gaza, menées en riposte aux premiers tirs de roquettes lundi, elles ont fait au moins 28 morts, dont dix enfants, d'après le ministère gazaoui de la santé. Des commandants du Hamas et du Jihad islamique, second groupe islamiste armé de l'enclave, ont notamment péri dans ces frappes, selon ces mouvements. (ATS)

Dans la soirée du lundi 10 mai, les violences qui secouent Israël et les territoires palestiniens depuis un mois ont gagné en intensité. Pour la première fois depuis la guerre de Gaza en 2014, les sirènes appelant les habitants de Jérusalem à se rendre aux abris ont résonné, faisant peser la crainte d’un nouveau conflit majeur. Mais le symbole est fort pour le Hamas. Privé d’élections palestiniennes annulées par un Mahmoud Abbas en déclin et craintif pour son avenir politique, il peut se targuer d’avoir fait courir les députés israéliens aux abris dans les sous-sols de la Knesset et interrompu les négociations en cours pour former un gouvernement, avec le soutien du parti arabe Raam.