Déjà plusieurs morts. Et de nouveaux tirs, lundi matin, dans le chaos le plus total. Toutes les tensions et douleurs d’un pays se cristallisent désormais autour de l’aéroport de Kaboul. A quel point les renseignements américains sont-ils responsables de la débandade actuelle pour avoir mal évalué l’avancée des talibans? Ont-ils au contraire averti la Maison-Blanche à temps mais en ayant été en partie ignorés? Cette mauvaise anticipation est-elle le fruit d’erreurs de calculs stratégiques, incompréhensibles après 20 ans de présence en Afghanistan? Une chose est sûre: au fiasco du retrait américain, aux évacuations qui se déroulent dans un contexte de panique généralisée, se superpose désormais une confusion totale en termes de communication.