L’essentiel

La Suisse dénombre 2141 cas, 77 hospitalisations et 13 décès supplémentaires en 24 heures.

Selon l’Agence européenne des médicaments, les caillots sanguins sont un effet secondaire «très rare» du vaccin Johnson & Johnson, mais le rapport bénéfice-risque reste positif.

Lundi, c’était jour de réouverture pour les restaurants – en terrasses. Les lieux culturels et sportifs suivront ces prochains jours.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi.


■ Soleure ouvre la vaccination à tous les adultes

Le canton de Soleure va ouvrir la vaccination à tous les moins de 65 ans dès la mi-mai à condition qu’il n’y ait pas de retard dans la livraison des vaccins. «Les progrès encourageants de la campagne de vaccination cantonale parmi les groupes à risque nous permettent de libérer la voie pour tous les habitants qui souhaitent se faire vacciner contre le coronavirus», a déclaré Peter Eberhard, chef de l’office cantonal de la santé.

Dans le canton, 95 334 personnes se sont inscrites pour être vaccinées, ce qui correspond à 41% de la population adulte. Parmi ces personnes, 46 517 ont reçu au moins une dose, soit 20% des adultes.


■ Les masques et désinfectants ne seront pas exonérés de la TVA

La commission des redevances du Conseil des Etats a rejeté, par 11 voix contre une, une initiative parlementaire de Marco Chiesa (UDC/TI) qui demandait l’exonération de la TVA des masques, désinfectants et autres produits de protection. Pour la majorité, l’exonération de ces produits de la TVA, précisément en cette période de crise sanitaire où ils font l’objet d’une forte demande, ne ferait qu’améliorer la marge réalisée par les importateurs, les fabricants et les commerçants. Elle n’en veut pas.


■ Malgré les caillots sanguins, le vaccin Johnson & Johnson reste conseillé par l’EMA

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire «très rare» du vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19. «L’EMA trouve un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses», a déclaré l’EMA, ajoutant que cela «confirme que le rapport bénéfice-risque global reste positif».

Le comité de pharmacovigilance de l’EMA a conclu «qu’un avertissement concernant des caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses devrait être ajouté aux informations sur le produit» pour le vaccin Johnson & Johnson, a ajouté le régulateur européen, basé à Amsterdam.


■ La task force veut des capteurs de CO2 dans les écoles

La task force scientifique de la Confédération recommande l’utilisation de capteurs de CO2 à l’intérieur des bâtiments, en particulier dans les salles de classe, pour lutter contre le coronavirus. Ces appareils permettraient notamment d’alerter lorsqu’il faut aérer les pièces d’un local. De cette manière, les capteurs pourraient réduire le risque de transmission par aérosol, indique le groupe de travail Les capteurs de CO2 sont simples d’usage et peu coûteux (entre 100 à 200 francs), ajoutent les experts.

Selon les experts, les aérosols exhalés par les personnes peuvent s’accumuler dans les espaces intérieurs mal ventilés. Cela augmente le risque de transmission du virus SARS-CoV-2.


■ Le rythme de la vaccination s’accélère en Suisse


■ Les malades sont de plus en plus jeunes, prévient l’OFSP

Patrick Mathys a ouvert ce mardi le point presse de l’OFSP. Le chef de section Gestion de crise et coopération internationale a annoncé une légère hausse des cas sur ces 14 derniers jours, rappelant que le nombre de test a largement diminué dans le même temps. «Il y a eu un tiers de test en moins ce qui a une incidence sur le taux de positivité qui se trouve à 9,1% pour les tests PCR et à 5,7% pour les tests rapides. A Zurich, par exemple, un fossé a été constaté entre le nombre de cas positifs signalés et la charge virale trouvée dans les eaux usées, bien plus chargées en virus, ce qui démontre une sous-évaluation des cas.

Patrick Mathys est également revenu sur la propagation du virus chez les plus jeunes. Des chiffres qui pourraient s’expliquer par la contagiosité du variant britannique chez ces populations. S’agissant des hospitalisations, un recul net a été constaté depuis la fin de l’année dernière chez les 80 ans et plus, idem chez les 60 – 79 ans mais une hausse nette chez les 40 – 59 ans a été relevée. «Les catégories d’âges jeunes sont de plus en plus touchée et on constate de plus en plus de cas graves dans ces tranches d’âge», a précisé le chef de section Gestion de crise et coopération internationale avant d’exhorter les personnes se sentant malades à prendre contact avec un médecin pour éviter les cas graves.

A ce sujet, lire: A l’hôpital, des patients covid plus jeunes

S’agissant de la vaccination, Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour les vaccinations assure que le plan suit son cours comme prévu. «Nous avons dépassé la barre des deux millions de vaccinations la semaine passée», a indiqué Nora Kronig. La limite des trois millions de doses livrées sera atteinte cette semaine. La vice-directrice de l’OFSP, a en outre expliqué que la livraison réduite de vaccins de Moderna samedi sera rattrapée jeudi.

Concernant l’autorisation du vaccin d’AstraZeneca, le chef de la section autorisation de Swissmedic Claus Bolte a expliqué attendre encore des documents.

Lire aussi: Moderna, entre retards et discussions pour augmenter la cadence

L’efficacité des vaccins s’étend jusqu’à six mois après l’injection. Les personnes déjà vaccinées peuvent être exemptées de quarantaine durant ces six mois deux semaines après avoir reçu la deuxième dose, a indiqué Christoph Berger. Des personnes qui ont déjà eu le Covid-19 peuvent aussi être vaccinées six mois après avoir contracté la maladie. Mais elles ne recevront qu’une seule dose, a précisé Christoph Berger lors du point de presse des experts. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli en recevront deux. Chez les femmes enceintes vulnérables ou fortement exposées comme les soignantes, la vaccination est aussi possible. Elle doit se faire en concertation avec le gynécologue.

Avec les ouvertures décidées depuis lundi, il s’agit désormais d’étudier si les lieux de contamination vont changer. Pour Rudolf Hauri, président de l’Association des médecins cantonaux, le succès de cette décision dépendra en grande partie du comportement de chacun.

Martin Ackermann le chef de la task force scientifique aurait lui préféré d’attendre une plus large vaccination de la population avant les assouplissements annoncés par le Conseil fédéral. Outre le respect des mesures de précaution par tout un chacun, il mise aussi sur la vitesse de vaccination qui pourra éviter de retomber dans des fermetures.


■ Le point presse de l’OFSP


■ 2141 nouveaux cas en un jour

La Suisse compte 2141 cas, 77 hospitalisations et 13 décès supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Sur cette période, les résultats de 23 812 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 8,99%. En comparaison hebdomadaire le nombre de nouveaux cas affiche une légère tendance à la baisse.

Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,10. Les patients Covid-19 occupent 26,80% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 73,40%.

Depuis le début de la pandémie, 639 445 cas de contamination ont été confirmés en laboratoire en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 9898 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 26 599.

Le pays dénombre par ailleurs 17 840 personnes en isolement et 31 162 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 6039 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.


■ Bond de 19% de la fréquentation des HUG l’année passée

En 2020, plus de 28 000 personnes ont fréquenté les Hôpitaux universitaires de Genève, contre 235 000 l’année précédente. Cette hausse de 19% «est liée à l’activité de dépistage», écrivent les HUG dans leur rapport annuel (la page qui comprend le communiqué et une rétrospective de l’année en vidéo). Les urgences ont connu 80 000 visites liées au covid. Plus de 3900 malades ont été hospitalisés en raison de la maladie. Au total, «plus d’un et une Genevois sur deux est venu aux HUG», résument-ils.

L’activité stationnaire a baissé de 11,5%, et les soins ambulatoires ont aussi baissé, en raison de «l’arrêt de l’activité élective non urgente au printemps et de la baisse de fréquentation lors de la deuxième vague».


■ En images: lockdown à New Delhi

Les autorités indiennes mettent New Delhi sous cloche pour une semaine. Après l’apparition de nombreuses contaminations, la ville doit être strictement confinée. Des travailleurs tentent de quitter la cité ce mardi matin.


■ La Suisse s’offre des anticorps monoclonaux

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) annonce ce mardi matin la conclusion d’un contrat entre la Confédération et Roche, pour un médicament contre le Covid-19. Les premières livraisons sont prévues pour la mi-mai 2021.

Il s’agit de 3000 doses de combinaisons Casirivimab/Imdevimab, développées par la société Regeneron Pharmaceuticals, en partenariat avec l’entreprise Roche Holding, précise l’OFSP. Ces anticorps monoclonaux ne bénéficient pour l’instant que d’une autorisation provisoire de mise sur le marché, comme le prévoit l’ordonnance 3 COVID-19. «Le montant du contrat est confidentiel», précise l’administration.

Les études cliniques montrent que ces traitements offrent une protection efficace contre les formes graves de la maladie. L’Office écrit encore que «la Confédération prendra en charge le coût de ces traitements en attendant qu’ils soient remboursés par l’assurance-maladie obligatoire. Les premiers traitements seront disponibles dès la mi-mai 2021 pour certains groupes de patients à risque.»


■ Un employé de l’aéroport d’Auckland testé positif

Lundi, après des mois de négociation, les premiers vols de la «bulle sanitaire» entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont commencé. Contrariété: ce mardi, un employé de l’aéroport d’Auckland a été testé positif.

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a indiqué que cela ne devrait pas avoir d’impact sur la «bulle», les deux pays «ayant accepté qu’il y ait des cas». Lors d’un point presse, elle a également rappelé que des systèmes ont été mis en place pour gérer ce type de situation sans avoir à prendre des mesures de fermeture. Elle a précisé que l’employé contaminé est un agent d’entretien qui travaillait à bord d’avions en provenance de pays à «haut risque» de contamination.

En Australie, le ministre de la Santé Greg Hunt a réaffirmé qu’il avait «toute confiance» dans la capacité de la Nouvelle-Zélande à juguler l’apparition de cas de Covid-19.


■ L’isolement a aggravé les problèmes d’addiction

Durant la pandémie, la situation des personnes ayant des problèmes d’addiction s’est aggravée. La plateforme SafeZone.ch a vu le nombre de ses consultations augmenter de 50% en 2020, indique-t-elle dans un communiqué mardi, que résume l’agence ATS.

La plateforme offre un premier point de contact et propose des consultations en ligne professionnelles gratuitement. En 2020, 1000 personnes ont eu recours à une consultation. L’augmentation «s’explique probablement par le fait que la restriction des contacts a incité davantage de personnes à utiliser les offres en ligne qui se sont par là même également fait connaître», écrit Alwin Bachmann de SafeZone.ch.

«La situation des personnes ayant un comportement de consommation à risque s’est probablement aggravée pendant le confinement, ce qui explique qu’une partie d’entre elles ait décidé de solliciter l’offre d’aide professionnelle», ajoute-t-il. Cela concerne notamment la consommation d’alcool, de cannabis, de tabac et les jeux de hasard en ligne.