Ils ont chacun marqué l’histoire de leur pays et ils continuent de faire les grands titres des années après leur décès. L’opposant congolais Etienne Tshisekedi sera inhumé ce samedi à Kinshasa, plus de deux ans après sa mort en exil. Dans le pays voisin, en Angola, les proches de Jonas Savimbi ont pu récupérer ses restes vendredi pour l’enterrer auprès de son père. Epilogue d’une terrible guerre civile, le chef rebelle avait été tué par l’armée en 2002 et son corps criblé de balles enseveli à la hâte.

Les controverses entourant ces obsèques montrent que les corps des deux défunts sont l’objet d’enjeux très politiques. En République démocratique du Congo (RDC), le rapatriement d’Etienne Tshisekedi, l’opposant historique d’abord à Mobutu puis aux présidents Kabila père et fils, a donné lieu à une sourde bataille. D’un côté, son parti et sa famille réclamaient son ensevelissement dans «la terre de ses ancêtres». De l’autre, l’ancien président Joseph Kabila redoutait que le retour de cette personnalité immensément populaire, même décédée, ne galvanise les foules contre lui. Pendant tout ce temps, la dépouille de l’opposant était conservée dans une chambre froide en Belgique, l’ancienne colonie.

Obsèques nationales à Kinshasa

C’est seulement à l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, le fils d’Etienne, intronisé en janvier dernier au terme de la première alternance pacifique du pays, que la dépouille du patriarche a pu être rapatriée. Jeudi, des milliers de personnes ont accompagné le cortège officiel depuis l’aéroport. La journée avait été déclarée fériée. Le cercueil, recouvert du drapeau national, a ensuite été exposé dans un stade avant les cérémonies de ce samedi, en présence de plusieurs chefs d’Etat africains.

Lire aussi:  Félix Tshisekedi, nouveau président déjà contesté de la RDC

La figure de l’opposition congolaise reposera dans un mausolée construit sur une propriété familiale, en périphérie de Kinshasa. Un monument qui aurait coûté 2,5 millions de dollars, selon Le Monde. Constat d’un historien congolais cité par le quotidien français: «Il faut avoir la chance que son fils devienne président pour avoir un mausolée.» Le père de Joseph Kabila a eu droit au sien, en plein cœur de la capitale, alors que son prédécesseur, le maréchal Mobutu, chassé manu militari du pouvoir, est enterré au Maroc.

Lire également:  République démocratique du Congo: avec Félix Tshisekedi, une transition en trompe-l’oeil

Si Félix Tshisekedi organise pour son père des obsèques nationales, c’est aussi pour tenter de faire oublier qu’il s’écarte de l’héritage politique paternel. Alors que son père avait toujours refusé de composer avec Joseph Kabila, Félix Tshisekedi a conclu un pacte avec le chef d’Etat sortant pour être proclamé président. Joseph Kabila conserve ainsi d’importants leviers du pouvoir. Un arrangement au détriment d’un troisième homme, Martin Fayulu, celui qui a vraisemblablement remporté l’élection de décembre. Le candidat malheureux continue de revendiquer la victoire et se pose comme premier opposant, se plaçant dans les pas du défunt Etienne.

Incroyable quiproquo angolais

En Angola, aucun président ne sera présent pour les obsèques du sulfureux Jonas Savimbi. La mort du rebelle jusqu’au-boutiste avait été l’épilogue d’un conflit de plus d’un quart de siècle, qui aura fait un demi-million de morts. Dix-sept ans après sa mort, Jonas Savimbi sera inhumé dans son village natal, conformément à ses vœux. L’urne contenant ses restes a finalement été transmise vendredi par le gouvernement à sa famille après un incroyable quiproquo.

La remise devait avoir lieu plus tôt dans la semaine mais avait avorté. Le gouvernement et l’ancien mouvement rebelle de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita), devenu depuis le principal parti d’opposition, s’accusaient d’avoir changé le lieu de la remise. Le ton était monté.

«Cela faisait dix-sept ans qu’on demandait au gouvernement angolais de nous remettre la dépouille», a expliqué Alcides Sakala Simoes, le porte-parole de l’Unita auprès de l’AFP. «C’est un pas important pour la reconstruction nationale», a-t-il estimé. L’urne devait être transportée vendredi après-midi à Lopitanga, un village perdu au centre de l’Angola, avant les obsèques publiques dans le cimetière où repose le père de Jonas Savimbi.