Plusieurs pays européens ont rejeté mercredi les conclusions du rapport de Dick Marty qui les accuse de violations des droits de l'homme en autorisant la CIA, au moins tacitement, à transférer ou détenir sur leur sol des terroristes islamistes présumés. Soupçonnées d'avoir abrité des prisons clandestines des services secrets américains, la Pologne et la Roumanie, deux fidèles alliés des Etats-Unis, ont réfuté les accusations figurant dans le rapport. «Ce sont des calomnies qui ne reposent sur aucun fait», a déclaré le premier ministre polonais, Kazimierz Marcinkiewicz. «Les conclusions du rapport Marty concernant la Roumanie relèvent de la pure spéculation», indique le gouvernement roumain.

Le gouvernement Merkel désire examiner les détails et les formulations contenues dans le rapport . Il compte en informer la commission de contrôle des services secrets du Bundestag, avant une éventuelle prise de position officielle. «Le rapport du Conseil de l'Europe n'ajoute absolument rien», selon le premier ministre britannique, Tony Blair. L'Espagne rejette aussi de façon ferme et catégorique les conclusions du rapport, au même titre que la Grèce.