Tranchées béantes, câbles épars et pelouses défoncées par les ornières, le cœur de New Delhi est une plaie à vif. Le chantier s’escrime à progresser, dans une capitale encore traumatisée par la crise sanitaire qui l’a terrassée deux mois plus tôt. A l’abri des barricades est à l’œuvre l’un des projets de réaménagement urbain les plus ambitieux de l’Inde. Les bulldozers ont pris d’assaut la majestueuse avenue du Rajpath, qui se déroule sur 3 km, du palais présidentiel au monument de la Porte de l’Inde. Autour de cet axe iconique s’articulent ministères, parlement, musées et bureaux administratifs de l’Union indienne.