Les fraudes dénoncées par les candidats de l’opposition et par de nombreux observateurs ont été confirmées par la Commission des plaintes électorales la semaine dernière, il y aura donc recomptage partiel, et son président Grant Kippen a déclaré de mardi à l’AFP que «quelque 2.500 bureaux de vote», sur un total de 25’450, étaient «concernés par cet ordre, et que toutes les provinces étaient touchées.

Des milliers de plaintes pour fraude ont été déposées devant l’ECC, qui a prévenu que ses enquêtes pourraient encore durer plusieurs semaines. Les résultats définitifs des élections ne seront proclamés qu’une fois ces enquêtes achevées.

De quoi inquiéter l’alliance occidentale qui a besoin d’un interlocuteur officiellement confirmé pour pouvoir traiter avec lui. Le Conseil des ministres des Affaires étrangères des 27 doit se pencher sur le sujet ce jour à Bruxelles. Hier, la présidence suédoise de l’UE a jugé «difficile» de fixer une date pour la fin de l’engagement militaire des Européens en Afghanistan, en réponse au plan de quatre ans du ministre allemand des Affaires étrangères pour préparer un retrait du pays.

Aux Etats-Unis, le chef d’état-major interarmées américain, l’amiral Michael Mullen, doit intervenir à la mi-journée devant la commission de la Défense du Sénat, qui devrait largement l’interroger sur la stratégie de l’alliance en Afghanistan.