Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Israël n’a pas commenté les accusations du régime syrien.
© AHMAD AL-MSALAM/AFP

Syrie

Le régime syrien accuse Israël de bombardements à Alep

Selon le gouvernement syrien, Israël a visé plusieurs bâtiments militaires dans le nord du pays pour soutenir les insurgés, attaqués au sud

L’agence de presse d’Etat syrienne Sana a accusé Israël, «l’ennemi sioniste», d’avoir tiré les missiles qui ont atteint dimanche une position militaire syrienne située au nord de l’aérodrome de Neirab, près d’Alep, infligeant des dégâts matériels. Selon Sana, ces tirs sont réalisés pour soutenir les insurgés du sud du pays, où les forces syriennes ont lancé une offensive et remporté d’importantes victoires ces dernières semaines.

Lire aussi: L’aide aux Syriens, une garantie pour Israël

L’armée israélienne, qui confirme rarement les frappes sur les positions syriennes, n’a pas commenté dans l’immédiat cette annonce. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG basée à Londres et proche des rebelles syriens, a affirmé avoir enregistré une série d’explosions autour de Neirab dimanche soir: «Elles ont été provoquées par des missiles, suspectés d’avoir été tirés d’Israël et ciblant des positions tenues par le régime syrien et ses alliés.»

Israël a effectué plusieurs frappes, depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, contre le régime du président syrien Bachar el-Assad mais le plus souvent près de Damas et dans les provinces centrales de Homs et de Hama. Elles sont en revanche beaucoup plus rares dans le nord du pays, comme à Alep dimanche soir.

La milice kurde quitte Minbej

Officiellement, Israël et la Syrie sont toujours en état de guerre, depuis que l’Etat hébreu s’est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau syrien du Golan, définitivement annexée en 1981, même si cela n’a jamais été reconnu par la communauté internationale.

Lire aussi: L’intervention occidentale en Syrie ne fait pas l’unanimité

Par ailleurs, dans le nord du pays, les derniers membres de la milice kurde des unités de protection du peuple (YPG) se sont retirés dimanche de Minbej, selon leurs alliés arabes au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS). Ce retrait est fait pour éviter des tensions avec la Turquie voisine, qui considère la milice kurde comme «terroriste» par Ankara mais aussi par Washington et l’Union européenne.

Les YPG devaient se retirer depuis un accord trouvé en juin entre les Etats-Unis et la Turquie. Ce sont les forces turques et américaines qui vont assurer conjointement la sécurité et la stabilité dans la ville.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a