Les élections régionales et départementales ont accouché dimanche 20 juin d’un triste record pour la vitalité démocratique de la France: 66,1% d’abstention au niveau national, et près de 70% en Ile-de-France, la région qui englobe Paris. La désaffection des électeurs est donc patente, à moins d’un an de la présidentielle d’avril-mai 2022. Mais au-delà de ce chiffre, c’est l’impression de grand bazar politique qui prédomine. De quoi alimenter les questions d’ici le second tour qui aura lieu le 27 juin. 

Lire aussi notre éditorial: Non, les régionales françaises ne sont pas un laboratoire de la présidentielle