A moins d'une semaine du début du retrait de la bande de Gaza et de quatre colonies de Cisjordanie, Ariel Sharon laisse entendre qu'Israël devra peut-être renoncer à d'autres colonies en Cisjordanie, en plus de celles qui seront démantelées. Dans un entretien publié vendredi dans la presse israélienne, le premier ministre répète néanmoins que l'Etat hébreu gardera quoi qu'il arrive les principaux blocs d'implantations.

Le Ministère israélien de la défense a de son côté annoncé vendredi qu'il comptait terminer le retrait avant le 4 septembre, plutôt qu'à la mi-septembre, l'objectif initial. La date a été avancée car 55 000 soldats et policiers israéliens, soit 10 000 de plus que prévu, participeront à l'évacuation forcée des colons qui n'auront pas quitté leurs domiciles avant le 16 août au soir.

Dans le même temps, l'armée israélienne a encore revu à la hausse son estimation du nombre d'opposants ayant gagné les implantations de Gaza pour prêter main forte aux colons qui résisteront au retrait. Des sources militaires avançaient désormais le chiffre de 3000 personnes, un millier de plus qu'en début de semaine. Jeudi soir, la dernière grande manifestation des opposants au retrait avait rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans le centre de Tel-Aviv.