L'Arabie saoudite et ses alliés dans la crise avec le Qatar ont reçu la réponse de Doha à leurs requêtes, ont-ils confirmé mercredi, sans préciser la teneur du message de l'émirat, qui avait qualifié ces demandes d'«irréalistes et irrecevables».

«Le ministre Adel al-Jubeir a reçu du ministre d'Etat koweïtien Cheikh Mohammad al-Abdullah al-Sabah la réponse officielle du Qatar concernant les demandes des pays qui le boycottent», a confirmé le Ministère saoudien des affaires étrangères sur son compte Twitter.

Lire aussi: Le Qatar a donné sa réponse à ses adversaires 

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Bahrein et l'Egypte avaient annoncé le 5 juin la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusant l'émirat, entre autres, de soutien au terrorisme et de relations trop proches avec l'Iran.

Ces pays avaient ensuite envoyé au Qatar une lettre officielle contenant treize requêtes précises, dont celles pour Doha de cesser son soutien aux Frères musulmans, de fermer la chaîne d'informations en continu Al-Jazeera ou de réduire ses relations avec Téhéran.

Dimanche soir, ils avaient prolongé de quarante-huit heures leur premier ultimatum de dix jours lancé à Doha pour que l'émirat réponde à ces demandes, après une sollicitation du Koweit, pays médiateur dans cette crise.

Une rencontre prévue

«Les quatre pays ont bien reçu la réponse du Qatar, via le Koweït, et ce avant la date limite fixée. Il y sera répondu en temps et en heure», a tweeté mercredi matin le Ministère saoudien des affaires étrangères.

Lire aussi: Les exigences exorbitantes du front anti-Qatar

Les chefs de la diplomatie de ces quatre pays doivent se rencontrer mercredi au Caire à partir de 11 heures GMT, afin de discuter de la suite à donner à cette affaire.

Parlant des demandes de l'Arabie saoudite et de ses alliés, le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, a parlé mardi à Doha d'une «liste irréaliste et irrecevable». La liste «ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression», a accusé le chef de la diplomatie qatarie.