Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

printemps arabe

La répression aurait déjà fait 6000 morts en Libye

Avec l’aide de 25 000 mercenaires, le colonel Kadhafi a relancé l’offensive sur les villes contrôlées par les insurgés. Chronique d’une journée de guerre

La tension est montée d’un cran au 16e jour de l’insurrection en Libye. Selon la Ligue libyenne des droits de l’homme, la répression a fait 6000 morts, dont 3000 à Tripoli, 2000 à Benghazi et 1000 dans d’autres villes comme Zawiyah ou Zenten. Son porte-parole Ali Zeidan a affirmé mercredi à Paris que le bilan pourrait être encore plus lourd. «Les corps des victimes des bombardements à Tripoli ont été évacués dans des camions et enterrés dans des fosses communes en ­dehors de la capitale, a-t-il déclaré, cité par l’AFP. Les blessés disparaissent des hôpitaux. Le pouvoir veut effacer les traces de ses crimes.» Chronique d’une journée qui apparaît comme un tournant. Dès l’aube, l’aviation et les forces libyennes loyales au colonel Kadhafi ont tenté de reprendre la ville de Brega, située entre Syrte et Benghazi, passée sous le contrôle des insurgés depuis une semaine. Des témoins parlent de combats violents et meurtriers qui ont duré toute la journée. En fin de matinée, des insurgés affirmaient avoir repris la main, selon BBC. Aux yeux des insurgés, Brega est considérée comme stratégique pour lancer un éventuel assaut sur la capitale. 10h00: La BBC raconte que les forces gouvernementales, un convoi de 100 véhicules, ont atteint la ville voisine d’Ajdabiya. Des avions de combat ont bombardé la base militaire et le dépôt d’armes de cette localité, située à 160 km au sud de Benghazi. Elles contrôleraient aussi deux villes proches de la capitale Tripoli, Gharyan et Sabratha. 10h30: Deux navires de guerre américains – le porte-hélicoptères USS Kearsarge et l’USS Ponce – traversent le canal de Suez pour rejoindre la Méditerranée. Ils se positionneront au large de la Libye. Parti de Gibraltar, le HMS Westminster de la marine britannique se dirige aussi vers les eaux libyennes. Ce type de frégate transporte généralement des hélicoptères MK 8 Lynx, des lance-missiles, des torpilles et des armes de courte et longue portée. Une frégate canadienne, Charlottetown, avec à son bord 240 hommes et un hélicoptère, devrait se trouver sur place dans six ou sept jours. 12h24: Mouammar Kadhafi s’adresse à son peuple pendant une cérémonie à Tripoli marquant le 34e anniversaire de l’établissement du «pouvoir des masses» en Libye. «Des milliers de Libyens mourront en cas d’intervention de l’Amérique ou de l’OTAN, prévient-il dans un discours fleuve. Nous ne pouvons pas permettre aux Américains ou à l’Occident d’intervenir. S’ils le font, ils doivent savoir qu’ils se jettent dans un enfer et une mer de sang pire que l’Irak ou l’Afghanistan… Nous distribuerons des armes par millions et ce sera un nouveau Vietnam.»

Dans le même discours, le dictateur libyen vante les réserves pétrolières libyennes, «les plus importantes d’Afrique». Et de menacer de remplacer les entreprises occidentales par des sociétés chinoises et indiennes. 12h46: Madrid rejoint d’autres capitales qui ont gelé les avoirs du clan Kadhafi. En Espagne, ces avoirs comprennent notamment un terrain de 7065 hectares sur la Costa del Sol en Andalousie, acquis en 1995 par la banque publique Libyan Arab Foreign Bank, elle-même détenue par la banque centrale libyenne. 15h14: La Cour pénale internationale annonce l’ouverture d’une enquête officielle sur de possibles crimes contre l’humanité en Libye. Selon l’AFP, le procureur Luis Moreno-Ocampo doit annoncer aujourd’hui des noms de personnes visées dans une enquête sur des crimes présumés. 15h30: L’opposition libyenne craint de nouvelles offensives des forces loyalistes et appelle les Nations unies à autoriser des frappes aériennes pour neutraliser les mercenaires africains combattant aux côtés de l’armée régulière. Lors d’une conférence de presse à Benghazi, son porte-parole Abdelhafez Ghoqa accuse le Niger, le Tchad, le Mali et le Kenya d’avoir envoyé leurs troupes.

Plus tôt dans la journée, la ­Ligue libyenne des droits de l’homme avait affirmé à Paris qu’il y aurait 25 000 mercenaires étrangers dans le pays. Malgré des appels, aucun pays ne s’est montré prêt à passer à l’acte. Les Etats-Unis se disent «loin d’une décision» sur l’opportunité d’instaurer une zone d’exclusion aérienne, a déclaré la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton sur CNN. La Ligue arabe a indiqué qu’elle pourrait soutenir la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne, tout en restant opposée à une intervention militaire.

Le porte-parole de l’opposition annonce aussi que l’ex-ministre libyen de la Justice Mustapha Abdeljalil présidera le Conseil national de 30 membres mis en place par les contestataires. Ce dernier avait démissionné de ses fonctions le 21 février pour protester contre la répression du régime. 16h30: La situation humanitaire se dégrade, notamment pour les travailleurs étrangers. La France annonce un pont aérien entre Benghazi et Le Caire. L’Italie souhaite monter un camp en Tunisie pour ceux qui fuient la Libye. Selon l’AFP, Egyptiens, Bangladais, Africains continuaient à s’échouer par milliers à la frontière tuniso-libyenne, en une déferlante qui fait planer la menace d’un désastre humanitaire tant leur rapatriement est lent et les capacités d’accueil saturées. L’opposition libyenne a aussi lancé un appel à l’aide humanitaire.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a