Des millions d’habitants de Pékin ont repris le travail jeudi après les congés du 1er-Mai. Mais beaucoup travaillent depuis chez eux, car des dizaines de station de métro sont fermées, dans l’espoir d’endiguer une flambée épidémique persistante.

Pour la plupart des Pékinois, les cinq jours de vacances, malgré une météo très agréable, se sont résumés à des balades près de leur domicile, car restaurants, cafés et bars sont fermés. Face à une vague épidémique qui touche, à des degrés divers, une grande partie du pays depuis mars, les habitants sont également contraints de passer un dépistage quotidien, gratuit, sous de petites tentes blanches dressées dans les rues.

Lire aussi: Pékin vit sous la menace d'un nouveau confinement

Comme ailleurs en Chine, les autorités pékinoises appliquent une stratégie zéro Covid. Elle consiste notamment en des confinements d’immeubles et en des tests massifs pour casser rapidement les chaînes de contaminations. Le ministère de la Santé a rapporté jeudi 50 nouveaux cas positifs à Pékin, où habitent 22 millions de personnes.

Les autorités municipales avaient appelé la veille les habitants et les employés du district de Chaoyang, siège du quartier d’affaires, à télétravailler ou se rendre au bureau en voiture ou à vélo pour éviter les contaminations. Environ 3,5 millions de personnes résident dans le district, le plus peuplé de la capitale.

Nombreuses fermetures

Les allées et venues restent libres dans Pékin. Mais la quasi-totalité des salles de spectacles, cinémas, salles de sport et gymnases sont fermés ainsi qu’une soixantaine de stations de métro. La capitale est soucieuse de ne pas imiter Shanghai (est), où un confinement général depuis début avril a conduit à des problèmes d’approvisionnement des habitants en produits frais et à un fort mécontentement populaire.

Lire aussi: A Shanghai, un confinement sans fin

Le ministère de la Santé a rapporté jeudi plus de 4600 nouveaux cas positifs à Shanghai, épicentre de la récente vague épidémique. Un chiffre toutefois en nette baisse depuis la semaine dernière. Une quarantaine de villes en Chine appliquent une forme de confinement ou des restrictions aux déplacements, a calculé la banque japonaise Nomura.

Une situation qui a porté un coup dur au secteur touristique durant les congés du 1er-Mai. Le chiffre d’affaires s’est écroulé de plus de 40% sur un an, selon les chiffres officiels. La mairie de Pékin a cependant annoncé mercredi un léger assouplissement pour les arrivées internationales: les voyageurs pourront désormais sortir de quarantaine après 10 jours à l’hôtel et sept jours à leur domicile – contre un total de 21 jours auparavant.

Lire une opinion: Le réenfermement de la Chine