Les adversaires républicains du président Barack Obama ont annoncé vendredi un plan pour relever le plafond de la dette accompagné d’un amendement à la Constitution pour imposer un budget équilibré, qui fera l’objet d’un vote la semaine prochaine.

«Enfin, nous passons de nouveau à l’offensive», a dit le représentant républicain Jeff Flake à la presse vendredi à l’issue d’une réunion du groupe républicain à huis clos, au sujet du débat sur le relèvement du plafond de la dette, actuellement dans l’impasse à l’approche de la date butoir du 2 août.

Ce plan républicain, qui a peu de chances de franchir le cap du Sénat à majorité démocrate ou d’obtenir le soutien de la Maison Blanche, appelle à un vote mercredi sur une mesure intitulée «Réduire, Limiter et Equilibrer».

La proposition réduirait de 2.500 milliards de dollars les dépenses fédérales et limiterait les dépenses de l’administration à un certain pourcentage encore en discussion. Il appelle à un amendement à la Constitution pour imposer un budget équilibré.

Le texte préciserait que les républicains de la Chambre ne donneront leur accord au relèvement du plafond de la dette, actuellement supérieures à 14.300 milliards de dollars, que si le Congrès approuve l’amendement Constitutionnel.

«C’est scandaleux!», a réagi vendredi matin la chef de la minorité démocrate de la Chambre Nancy Pelosi, qui attendait d’en savoir plus sur les détails de la proposition pour s’exprimer davantage.

Un amendement à la Constitution doit être approuvé par les trois quarts des 50 Etats américains et les deux-tiers des élus des deux chambres du Congrès.

Côté Sénat, le chef de la minorité républicaine, Mitch McConnell, tente de négocier avec le chef de la majorité démocrate, Harry Reid, un compromis.

Le président Obama a prévenu vendredi les républicains lors d’une conférence de presse que le «temps presse» pour arriver à un accord permettant de relever le plafond de la dette, tout en se disant ouvert à toute proposition «sérieuse» de ses adversaires.