Le parlement iranien a adopté mardi en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme «terroristes». Les députés ont amendé une loi récente qui déclarait «terroristes» les forces américaines déployées de la Corne de l'Afrique à l'Asie centrale en passant par le Moyen-Orient. Le nouveau texte étend cette dénomination au Pentagone, à toutes les forces américaines et à toute personne impliquée dans la mort de Qassem Soleimani.

Les «proxies» iraniens, combien de divisions? Devant la foule immense qui, à Téhéran, rendait hommage lundi au général Qassem Soleimani, tué vendredi par un drone américain, sa fille aînée, Zeinab Soleimani, a lancé des cris de revanche à l’égard des soldats américains. Puis elle a pris soin d’énumérer nommément les principaux alliés régionaux de l’Iran pour les encourager à participer aux représailles: Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, Bachar el-Assad, le président syrien, Abdul-Malik al-Houthi, leader de l’insurrection yéménite, Ismaël Haniyeh, chef de file du Hamas palestinien à Gaza…

Lire aussi l'article lié: Ardeshir Zahedi, ancien conseiller du shah: «Qassem Soleimani était le sang de l’Iran»