L’essentiel

La Suisse dénombrait ce vendredi plus de 5136 nouveaux cas, 174 hospitalisations et 106 décès, selon les chiffres de l’OFSP. 

En règle générale, les restaurants et les bars devront fermer de 19h à 6h à partir de samedi. Des exceptions sont toutefois prévues pour les cantons les moins touchés. Elles concernent notamment les cantons romands. Berne ne fait pas partie des exceptions en raison de sa situation épidémiologique. Plusieurs conditions doivent être réunies pour bénéficier d'une telle exception.

Magasins, marchés, musées, bibliothèques, centres de loisirs ou de sport devront se plier aux mêmes horaires. Les offres à l'emporter et de livraison pourront elles se poursuivre jusqu'à 23h.

Seuls les restaurants et les bars pourront rester ouverts les dimanches et jours fériés. Le 24 décembre et le jour de la Saint-Sylvestre, ils pourront même accueillir leurs clients jusqu'à 1h.

Pour accompagner ces mesures, le gouvernement juge nécessaire d'augmenter l'aide pour les cas de rigueur, en raison de possibles fermetures d'entreprises. Il a augmenté l'enveloppe à 2,5 milliards de francs, contre 1 milliard actuellement.

Retrouvez  notre résumé de la journée d’hier


■ L’établissement pénitentiaire de la plaine de l’Orbe en quarantaine

De nouvelles mesures sont prises à l'établissement pénitentiaire de la plaine de l'Orbe (EPO), annonce l'Etat de Vaud dans un communiqué. L'EPO «sera formellement placé en quarantaine dès ce jour [le 11 décembre] et jusqu’au 22 décembre, date à laquelle une évaluation de la situation sera réalisée».

Des dépistages de l'ensemble des collaborateurs «seront effectués à intervalle régulier».

Durant cette période, les personnes détenues resteront en cellule toute la journée, hormis pour la promenade et la douche. Au vu de la quarantaine, les visites ordinaires sont également suspendues.


■ Le PS et le PDC saluent les mesures du Conseil fédéral

Le PS et le PDC soutiennent pleinement les mesures annoncées par le Conseil fédéral. Ils se félicitent que les mesures complémentaires tiennent compte des différences cantonales.

Le PS considère toutefois que les mesures sanitaires ne peuvent être acceptées que si elles sont accompagnées de mesures économiques conséquentes. Il réclame pour les personnes touchées une compensation rapide, non bureaucratique et suffisante.

De son côté, le PDC pointe du doigt le débat «indigne de la Suisse» qui a éclaté cette semaine. «La Suisse romande contre la Suisse alémanique, les gouvernements cantonaux contre le Conseil fédéral, tout le monde contre tout le monde et chacun pour soi», déplore le parti, qui souhaite que le pays remonte la pente. Il réclame aussi des aides financières supplémentaires.

Le Parti évangélique (PEV) approuve aussi les nouvelles mesures. «Nous devons tous agir maintenant pour éviter un effondrement du système de santé après Noël», a déclaré dans un communiqué la présidente du parti Marianne Streiff.


■ Gastrosuisse tire la sonnette d'alarme

L’association patronale de l’hôtellerie-restauration suisse Gastrosuisse est remontée contre les mesures prises par le Conseil fédéral. Elles étouffent le secteur de la gastronomie, et fermer les bars à 19h équivaut à un confinement total, selon elle.

Il n'y a aucune preuve que des infections se produisent dans les restaurants, soutient Casimir Platzer, le président de la faîtière. Selon lui, son secteur paie les pots cassés de la politique du Conseil fédéral. «M. Berset n'a pas fait ses devoirs entre la première et la deuxième vague», a critiqué le président. Quant à Guy Parmelin, après avoir pris de bonnes décisions au début de la pandémie, il n'agit pas de manière réactive.

Selon son directeur Daniel Berner, 600 à 800 millions de francs par mois doivent être distribués à fonds perdus, et ce très rapidement.

Le ton est différent côté romand: le président de GastroVaud, Gilles Meystre, s’est dit «satisfait dans un premier temps» des mesures annoncées par le Conseil fédéral, car il estime que les Romands ont été entendus sur leur plaidoyer pour «une solution romande». Il pondère toutefois cette satisfaction au fait que les cafetiers-restaurateurs restent en sursis.

Les décisions de la Confédération donnent «une marge de manœuvre aux Romands», estime Gilles Meystre, interrogé par Keystone-ATS. Le compromis trouvé lui paraît donc «acceptable». Il se dit aussi satisfait du déblocage de nouveaux fonds d’aide pour la branche, même si c’est le flou sur le «quand et comment» des versements.

Le président de GastroVaud estime toutefois que la situation dans son ensemble devient «très pénible psychologiquement» pour le secteur, tant il faut être souple et les directives varient.


■ La Confédération estime avoir bien géré la première vague

La Confédération a globalement bien géré la première vague de la pandémie de coronavirus, estime la Chancellerie fédérale. Son rapport liste onze recommandations pour faire face aux «difficultés» rencontrées durant la deuxième vague.

Le Conseil fédéral a pris connaissance vendredi de ce rapport qui relève que de nombreux travaux préparatoires, ainsi que le concept de communication, ont prouvé leur validité. Il entend donner la priorité aux recommandations qui visent à examiner de plus près la collaboration avec les cantons et les tiers, indique-t-il dans un communiqué.

Le document souhaite notamment une réglementation plus précise quant à la répartition des tâches, des compétences et des responsabilités entre la Confédération et les cantons. Les incertitudes concernant les processus, les points de contact et les interlocuteurs doivent être éliminées.


■ Remontées mécaniques sous pression en Valais

Après les photos de skieurs agglutinés à Zermatt, puis à Verbier, les remontées mécaniques valaisannes n'ont plus droit à l'erreur. «On sent une volonté de faire juste», assure le conseiller d'Etat Frédéric Favre.

A l'obligation de porter le masque, de maintenir la distance et de garantir un traçage s'ajoute un remplissage des téléphériques et autres véhicules de transport fermés aux deux tiers seulement de leur capacité, ce qui complique encore la gestion des flux de clientèle.


■ Harmonisation des mesures souhaitée par la majorité des cantons

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) approuve l'harmonisation des mesures cantonales avec les mesures nationales. C'était le vœu d'une majorité de canton au cours de la consultation cette semaine. La CDS accepte le durcissement des mesures.

De nombreuses demandes de modification ont néanmoins été soumises, portant par exemple sur l’heure du couvre-feu proposée pour la restauration, relève vendredi dans un communiqué la CDS. Le Conseil fédéral en a tenu compte, entre autres, en donnant aux cantons moins touchés la possibilité d’élargir les heures d’ouverture.

La CDS remarque néanmoins que la Confédération et les cantons n’ont pas vraiment accordé leurs violons ces derniers jours. Il est cependant «nécessaire» que la Confédération, les cantons et la population conjuguent leurs efforts à la veille des fêtes.


■ La conférence de presse du Conseil fédéral

Les restaurants et les bars devront fermer de 19h à 6h à partir de samedi. Magasins, marchés, musées, bibliothèques, centres de loisirs ou de sport devront se plier aux mêmes horaires. Les offres à l’emporter et de livraison pourront elles se poursuivre jusqu’à 23h.

On ne peut plus attendre, on a besoin de mesures supplémentaires drastiques pour faire baisser les chiffres

Simonetta Sommaruga   

Seuls les restaurants et les bars pourront rester ouverts les dimanches et jours fériés. Le 24 décembre et le jour de la Saint-Sylvestre, ils pourront même accueillir leurs clients jusqu’à une heure du matin. 

Lire aussi: Le Conseil fédéral épargne les cantons romands

Exceptions prévues

Des exceptions sont toutefois prévues pour les cantons les moins touchés. Les établissements pourront rester ouverts jusqu’à 23h. Plusieurs conditions doivent toutefois être réunies. Le taux de reproduction doit rester en dessous de 1 pendant sept jours, et l’incidence journalière sur sept jours doit rester sous la moyenne suisse durant une semaine. Ces exceptions concernent, pour l'heure, les cantons romands au vu de leur situation sanitaire.

Six des sept régions suisses voient leur nombre de cas de coronavirus augmenter, seule la région lémanique voit ses cas pour l'instant diminuer

Alain Berset 

Messes et funérailles autorisées

Les manifestations seront interdites, à l’exception des offices religieux, des funérailles, des manifestations politiques et des assemblées législatives. Les activités sportives et culturelles seront restreintes à cinq personnes. Des exceptions sont toutefois prévues pour les enfants jusqu’à 16 ans, ainsi que les sportifs et les acteurs culturels professionnels.

Le gouvernement renonce en revanche à de nouvelles restrictions pour les rencontres privées. Elles sont limitées à dix personnes. Pas plus de deux ménages devraient de préférence se retrouver. Les nouvelles mesures entreront en vigueur samedi. Elles seront limitées jusqu’au 22 janvier 2021.

Notre éditorial: Le Conseil fédéral est enfin de retour

Enveloppe pour les cas de rigueur portée à 2,5 milliards

Les entreprises particulièrement touchées par la crise devraient bénéficier d’une aide plus importante. Le Conseil fédéral a augmenté l’enveloppe à 2,5 milliards de francs, contre un milliard actuellement.

L’aide supplémentaire se composera de 750 millions de francs pris en charge conjointement par la Confédération (67%) et les cantons (33%). Si nécessaire, la Confédération devrait pouvoir débloquer 750 millions de francs d’aide aux mesures cantonales sans que les cantons n’aient à y contribuer financièrement.


■ Le Royaume-Uni réduit la durée de sa quarantaine de 14 à 10 jours

Les voyageurs arrivant au Royaume-Uni concernés par les mesures de quarantaine ou les citoyens «cas contact» d’une personne testée positive au Covid-19 ne devront plus s’isoler que 10 jours au lieu de 14, ont indiqué vendredi les quatre médecins en chef britanniques.

«Après avoir examiné les dernières données, nous sommes maintenant convaincus que nous pouvons réduire le nombre de jours d’isolement de 14 à 10 jours», ont-ils annoncé.

Le changement prendra effet lundi 14 décembre à 0h01 en Angleterre, Ecosse et en Irlande du Nord, le Pays de Galles ayant déjà mis en place cette mesure.


■ Les tests de masse ont débuté dans les Grisons

Première en Suisse, un projet pilote de tests de masse a été mis en place dans le canton des Grisons. Plus de 9500 personnes se sont déjà portées volontaires pour un test gratuit.

Les tests sont effectuées de vendredi à dimanche dans trois régions du canton. Au total, 35 000 personnes, touristes compris, sont visées.

Les autorités espèrent procéder à 20 000 tests. Les personnes qui se font tester obtiennent le résultat 20 minutes plus tard.


■ 5136 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte vendredi 5136 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). 106 décès supplémentaires sont à déplorer et 174 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 33 861 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 53 760. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 621,88 nouvelles infections pour 100’000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 373 831 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 3 019 837 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 5396 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 15139.

Le pays dénombre par ailleurs 28 938 personnes en isolement et 30 893 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 192 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.


■ La Grèce assouplit le confinement pour Noël

La Grèce rouvre ses églises pour Noël, ainsi que ses librairies et ses salons de coiffure dès lundi. Les autorités vont également réduire la période de quarantaine des voyageurs entrant dans le pays.

«Nos églises vont rouvrir aux fidèles pour Noël et l’Epiphanie», a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas. Il a cependant précisé que neuf personnes maximum seront autorisées simultanément dans les églises et 25 dans les cathédrales.

La période de 10 jours de quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs entrant dans le pays est réduite à 3 jours à partir du 18 décembre, a ajouté Stelios Petsas.


■ Marseille au bord de la crise humanitaire

Sur le cours Julien, ancien haut lieu de la vie festive marseillaise, un unique restaurant est ouvert, pour distribuer des repas gratuits aux plus démunis. Marseille, la deuxième ville de France, est au bord de la crise humanitaire, alertent des associations.

Depuis le deuxième confinement, mis en place fin octobre, Gérard Gros, président de la Banque alimentaire des Bouches-du-Rhône, constate «un très grand élargissement de la population dans le besoin». Les chiffres sont colossaux: chaque semaine, l’association distribue près de 85 tonnes de nourriture.

Et comme un symbole, l’ONG Action contre la faim s’est implantée à Marseille en avril, pendant le premier confinement. «Action contre la faim, je les voyais à Haïti, pas à Marseille», commente Francis Vernède, un responsable associatif régional.

Assis sur un rebord du «cours Ju» avec un café et un repas qu’il vient de récupérer chez Noga, Youssef Madoui s’en sortait avant la pandémie en trouvant des chantiers à la journée au «black». «C’est très difficile de trouver un travail déclaré et depuis trois mois, je ne travaille plus du tout», confie aujourd’hui cet Algérien, en France depuis 20 ans.

Artiste de rue, Sten Augustin, lui, s’en tirait avec son spectacle de bulles de savon. Il récoltait 30 à 40 euros par jour au chapeau, l’été davantage. «Maintenant, je n’ai plus rien», raconte cet Allemand de 50 ans qui n’a plus les moyens de prendre son fils avec lui le samedi.

«On a de nouveaux publics, des travailleurs pauvres, saisonniers, intérimaires, ceux qui ont une très faible capacité d’épargne. Avant ils s’en sortaient toujours avec l’économie informelle: garde d’enfant, aide au marché, plonge», analyse Francis Vernède.

La fermeture des restaurants, décidée à Marseille plus tôt que dans le reste de la France, a amplifié le phénomène. Car dans cette ville portuaire et d’immigration, l’une des plus pauvres et les plus inégalitaires du pays, «il y a une très grosse solidarité, chaque commerçant va aider, donner quelque chose», témoigne Pascal Boulgarian, cuisinier au restaurant social Noga.

Avec les restaurants clos, c’est autant de boissons chaudes, de portions de frites et de repas distribués en moins.


■ Roche lance son test antigénique en Europe

Roche débute la commercialisation de son test antigénique du Sars-Cov-2 sur les marchés reconnaissant le marquage CE de conformité européenne. La multinationale pharmaceutique et géante du diagnostic prévoit d’accélérer ses cadences de production pour parvenir à délivrer plus de dix millions de tests par jour dès le début de l’an prochain.

Le groupe rhénan précise dans son communiqué avoir également déposé une demande d’homologation auprès du gendarme sanitaire aux Etats-Unis (FDA).

Ce nouveau dispositif est amené à remplacer les tests PCR notamment dans les lieux où les coûts et la disponibilité de personnel médical commencent à faire obstacle à la gestion de la masse des prélèvements, anticipe Mirabaud Securities.

L’établissement genevois souligne toutefois que le test PCR de Roche demeure le standard absolu – en matière de sensibilité comme de spécificité – à l’aune duquel seront évalués tous les nouveaux dispositifs parvenant sur le marché. La nouvelle ne suffisait pas à faire passer Roche du bon côté de l’équilibre. A 10h54, le bon de jouissance cédait 0,5% à 304,45 francs, dans un SMI en retrait de 0,42%.


■ Sanofi et GSK prennent du retard dans la course au vaccin

C’est un revers au moment où d’autres démarrent les campagnes de vaccination: les laboratoires français Sanofi et britannique GSK ont annoncé que leur vaccin ne serait prêt que fin 2021, après des résultats moins bons qu’attendu dans les premiers essais cliniques.

La conduite du programme «est retardée afin d’améliorer la réponse immunitaire chez les personnes âgées», indiquent les groupes dans un communiqué. Ils tablent désormais sur une mise à disposition du vaccin au quatrième trimestre l’an prochain, alors qu’ils visaient initialement une demande d’homologation au premier semestre de 2021.


■ La France déconfine prudemment, l’Allemagne «préoccupée»

En France, le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi soir un déconfinement prudent pour le 15 décembre. Les attestations de déplacement sont supprimées, mais la réouverture des musées, cinémas et théâtres est repoussée de trois semaines, «le télétravail restera la règle» et un couvre-feu sera appliqué à partir de 20h00 tous les jours, à l’exception de la soirée de Noël.

Le président Emmanuel Macron a appelé vendredi les Français à «redoubler de vigilance» face au Covid-19 lors des réunions de famille pour Noël, car «c’est dans ces moments, quand on se relâche […] qu’on diffuse le virus».

Lire aussi: En France, Noël ne sera pas complètement déconfiné

Le 31 décembre, qui «concentre tous les ingrédients d’un rebond épidémique», sera également soumis au couvre-feu, a indiqué Jean Castex.

En Allemagne, la hausse du nombre d’infections au Covid-19 est «préoccupante» et «a même empiré depuis la semaine dernière», a estimé jeudi l’Institut de veille sanitaire Robert-Koch (RKI), pour lequel de nouvelles restrictions doivent «être considérées» – comme l’avait déjà déclaré la chancelière Angela Merkel la veille.

Au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe (plus de 63 000 morts), le ministre de la Santé Matt Hancock, «particulièrement préoccupé» par une flambée de cas à Londres et dans le Sud-Est, a annoncé une campagne de dépistage chez les jeunes des zones les plus touchées.

Le gouvernement tchèque a prorogé jeudi jusqu’au 23 décembre l’état d’urgence devant le rebond du nombre de contaminations, demandant depuis mercredi aux restaurants de fermer à 20h00.

En Russie, critiquée pour sa méthodologie de calcul des morts du coronavirus, l’agence des statistiques Rosstat a enregistré en octobre près de 50’000 décès supplémentaires par rapport à octobre 2019 – un total beaucoup plus élevé que le nombre de morts déclarés du coronavirus.



Les nouveaux cas en Suisse (par 24 heures) depuis début mai:

  • Jeudi 10 décembre: 5041.
  • Mercredi 9 décembre: 5086.
  • Mardi 8 décembre: 4262.
  • Lundi 7 décembre (pour les 3 jours): 9809.
  • Vendredi 4 décembre: 4382.
  • Jeudi 3 décembre: 4455.
  • Mercredi 2 décembre: 4786.
  • Mardi 1er décembre: 3802.
  • Lundi 30 novembre (pour les 3 jours): 8782.
  • Vendredi 27 novembre: 4312.
  • Jeudi 26 novembre: 4509.
  • Mercredi 25 novembre: 4876.
  • Mardi 24 novembre: 4241.
  • Lundi 23 novembre (pour les 3 jours): 9751.
  • Vendredi 20 novembre: 4946.
  • Jeudi 19 novembre: 5007.
  • Mercredi 18 novembre: 6114.
  • Mardi 17 novembre: 4560.
  • Lundi 16 novembre (pour les trois jours): 12 839.
  • Vendredi 13 novembre: 6739.
  • Jeudi 12 novembre: 6924.
  • Mercredi 11 novembre: 8270.
  • Mardi 10 novembre: 5980.
  • Lundi 9 novembre (pour les trois jours): 17 309 cas.
  • Vendredi 6 novembre: 9409 cas.
  • Jeudi 5 novembre: 10 128.
  • Mercredi 4 novembre: 10 073.
  • Mardi 3 novembre: 6126.
  • Lundi 2 novembre (pour les trois jours): 21 926.
  • Vendredi 30 octobre: 9207.
  • Jeudi 29 octobre: 9386.
  • Mercredi 28 octobre: 8616.
  • Mardi 27 octobre: 5949.
  • Lundi 26 octobre (pour les trois jours): 17 440.
  • Vendredi 23 octobre: 6634.
  • Jeudi 22 octobre: 5256.
  • Mercredi 21 octobre: 5596.
  • Mardi 20 octobre: 3008.
  • Lundi 19 octobre (pour les trois jours): 8737.
  • Vendredi 16 octobre: 3015.
  • Jeudi 15 octobre: 2613.
  • Mercredi 14 octobre: 2823.
  • Mardi 13 octobre: 1445.
  • Lundi 12 octobre (pour les 3 jours): 4068.
  • Vendredi 9 octobre: 1487.
  • Jeudi 8 octobre: 1172.
  • Mercredi 7 octobre: 1077.
  • Mardi 6 octobre: 700.
  • Lundi 5 octobre (pour les 3 jours): 1548.
  • Vendredi 2 octobre: 552.
  • Jeudi 1er octobre: 550.
  • Mercredi 30 septembre: 411.
  • Mardi 29 septembre: 225.
  • Lundi 28 septembre (pour les 3 jours): 782.
  • Vendredi 25 septembre 488.
  • Jeudi 24 septembre: 391.
  • Mercredi 23 septembre: 437.
  • Mardi 22 septembre: 286.
  • Lundi 21 septembre (pour les 3 jours): 1095.
  • Samedi 19, dimanche 20 septembre: l’OFSP a arrêté de diffuser les chiffres le week-end.
  • Vendredi 18 septembre: 488.
  • Jeudi 17 septembre: 530.
  • Mercredi 16 septembre: 514.
  • Mardi 15 septembre: 315.
  • Lundi 14 septembre: 257.
  • Dimanche 13 septembre: 475.
  • Samedi 12 septembre: 465.
  • Vendredi 11 septembre: 528.
  • Jeudi 10 septembre: 405.
  • Mercredi 9 septembre: 469.
  • Mardi 8 septembre: 245.
  • Lundi 7 septembre: 191.
  • Dimanche 6 septembre: 444.
  • Samedi 5 septembre: 425.
  • Vendredi 4 septembre: 405.
  • Jeudi 3 septembre: 364.
  • Mercredi 2 septembre: 370.
  • Mardi 1er septembre: 216.
  • Lundi 31 août: 163.
  • Dimanche 30 août: 292.
  • Samedi 29 août: 376
  • Vendredi 28 août: 340.
  • Jeudi 27 août: 361.
  • Mercredi 26 août: 383.
  • Mardi 25 août: 202.
  • Lundi 24 août: 157.
  • Dimanche 23 août: 276.
  • Samedi 22 août: 295.
  • Vendredi 21 août: 306.
  • Jeudi 20 août: 266.
  • Mercredi 19 août: 311.
  • Mardi 18 août: 197.
  • Lundi 17 août: 187.
  • Dimanche 16 août 200.
  • Samedi 15 août: 253.
  • Vendredi 14 août: 268.
  • Jeudi 13 août: 234.
  • Mercredi 12 août: 274.
  • Mardi 11 août: 187.
  • Lundi 10 août: 105.
  • Dimanche 9 août: 152.
  • Samedi 8 août: 182.
  • Vendredi 7 août: 161.
  • Jeudi 6 août: 181.
  • Mercredi 5 août 181.
  • Mardi 4 août: 130.
  • Lundi 3 août: 66.
  • Dimanche 2 août: 138.
  • Samedi 1er août: 180.
  • Vendredi 31 juillet: 210.
  • Jeudi 30 juillet: 220.
  • Mercredi 29 juillet: 193.
  • Mardi 28 juillet: 130.
  • Lundi 27 juillet: 65.
  • Dimanche 26 juillet: 110.
  • Samedi 25 juillet: 148.
  • Vendredi 24 juillet: 154.
  • Jeudi 23 juillet: 117.
  • Mercredi 22 juillet: 141.
  • Mardi 21 juillet: 108.
  • Lundi 20 juillet: 20.
  • Dimanche 19 juillet: 99.
  • Samedi 18 juillet: 110.
  • Vendredi 17 juillet: 92.
  • Jeudi 16 juillet: 142.
  • Mercredi 15 juillet: 132
  • Mardi 14 juillet: 70.
  • Lundi 13 juillet: 63.
  • Dimanche 12 juillet: 85.
  • Samedi 11 juillet: 108.
  • Vendredi 10 juillet: 104.
  • Jeudi 9 juillet: 88.
  • Mercredi 8 juillet: 129.
  • Mardi 7 juillet: 54.
  • Lundi 6 juillet: 47.
  • Dimanche 5 juillet: 70.
  • Samedi 4 juillet: 97
  • Vendredi 3 juillet: 134.
  • Jeudi 2 juillet: 116.
  • Mercredi 1er juillet: 137.
  • Mardi 30 juin: 62.
  • Lundi 29 juin: 35.
  • Dimanche 28 juin: 62.
  • Samedi 27 juin: 69.
  • Vendredi 26 juin: 58.
  • Jeudi 25 juin: 52.
  • Mercredi 24 juin: 44.
  • Mardi 23 juin: 22.
  • Lundi 22 juin: 18.
  • Dimanche 21 juin: 18.
  • Samedi 20 juin: 26.
  • Vendredi 19 juin: 17.
  • Jeudi 18 juin: 17.
  • Mercredi 17 juin: 14.
  • Mardi 16 juin: 37.
  • Lundi 15 juin: 14.
  • Dimanche 14 juin: 23.
  • Samedi 13 juin: 31.
  • Vendredi 12 juin: 19.
  • Jeudi 11 juin: 33.
  • Mercredi 10 juin: 23.
  • Mardi 9 juin: 16.
  • Lundi 8 juin: 7.
  • Dimanche 7 juin: 9.
  • Samedi 6 juin: 20.
  • Vendredi 5 juin: 23.
  • Jeudi 4 juin: 20.
  • Mercredi 3 juin: 19.
  • Mardi 2 juin: 3.
  • Lundi 1er juin: 9.
  • Dimanche 31 mai: 17.
  • Samedi 30 mai: 17
  • Vendredi 29 mai: 32.
  • Jeudi 28 mai: 20.
  • Mercredi 27 mai: 15.
  • Mardi 26 mai: 15.
  • Lundi 25 mai: 10.
  • Dimanche 24 mai: 11.
  • Samedi 23 mai: 18.
  • Vendredi 22 mai: 13.
  • Jeudi 21 mai 36
  • Mercredi 20 mai: 40.
  • Mardi 19 mai: 21.
  • Lundi 18 mai: 10.
  • Dimanche 17 mai: 15.
  • Samedi 16 mai: 58
  • Vendredi 15 mai: 56.
  • Jeudi 14 mai: 50.
  • Mercredi 13 mai: 33.
  • Mardi 12 mai: 36.
  • Lundi 11 mai: 39.
  • Dimanche 10 mai: 54.
  • Samedi 9 mai: 44.