Le tireur présumé est soupçonné d’avoir tué le 24 mai trois personnes, un couple d’Israéliens et une retraitée française, et d’avoir laissé une quatrième victime, un jeune employé belge, dans un état désespéré.

Mardi, sa garde à vue a été exceptionnellement prolongée au-delà des 96 heures normalement prévues en matière antiterroriste. Cette mesure, prise par un magistrat à la demande du parquet de Paris, ne peut être ordonnée que dans deux cas: un risque imminent d’attentat ou les nécessités de la coopération internationale.

Medhi N. comptait-il frapper encore? «C’est impossible de répondre à cette question» à ce stade, avait répondu le procureur de Paris François Molins dimanche. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui doit se rendre mercredi après-midi au Musée juif de Bruxelles, a de son côté jugé «probable qu’il aurait continué à agir».

Le suspect avait été arrêté vendredi à la gare routière de Marseille Saint-Charles, dans le sud de la France, dans un autocar en provenance d’Amsterdam via Bruxelles. Dans ses bagages ont été retrouvés un revolver, une Kalachnikov, une caméra portative de type GoPro et de nombreuses munitions.

Théoriquement, la garde à vue peut encore être prolongée une dernière fois mercredi pour 24 heures. Mais selon une source judiciaire, le tireur présumé devrait être conduit dès mercredi devant un magistrat du parquet général de Versailles, près de Paris, pour se voir notifier le mandat d’arrêt européen dont il est l’objet.