Régler «à court terme» le dossier des retraites, relocalisation, formation: tout en mettant les «bouchées doubles» pour composer le nouveau gouvernement. Dans un entretien accordé au JDD, le Premier ministre Jean Castex a levé un coin de voile sur le plan de relance voulu par Emmanuel Macron face à la crise économique et sociale post-coronavirus, ceci avant de déclarer à France 3 que le nouveau gouvernement serait «probablement dévoilé lundi».

«Le fait est que l’épidémie a changé la donne. La France se retrouve face à deux défis : la crise sanitaire, dont je souligne qu’elle n’est pas terminée et qu’elle nous oblige à rester très vigilants;  la reconstruction de notre économie et la protection des Français, en amortissant les impacts immédiats sur leur quotidien et en aidant à la survie des entreprises», affirme l’ancien «Monsieur déconfinement».

Lire également: Avec Jean Castex, la contre-offensive Macron

Retraites et soignants

Jean Castex assure également vouloir s’attaquer rapidement aux dossiers sensibles, comme celui des retraites qui a donné lieu à des mois de conflit social. Il entend le régler «à court terme», avec, «a minima, un nouvel agenda social».

Quant au Ségur de la Santé, suspendu en fin de semaine faute d’accord avec les syndicats avant le remaniement, il a dit vouloir le conclure «la semaine prochaine», alors qu’une enveloppe de sept milliards d’euros se trouve désormais sur la table pour les salaires des soignants.

Pour rappel, le Ségur de la Santé s'est ouvert le 25 mai dernier: cette grande concertation entre le gouvernement et plus de 300 acteurs du monde de la santé a pour objectif de réfléchir à un plan d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières du secteur.