L’emploi d’assistante parlementaire de Penelope Fillon

Penelope Fillon a été l’assistante parlementaire de son époux lorsqu’il était député de la Sarthe, entre 1988 et 1990, puis entre 1998 et 2002. Elle a également été employée par le suppléant de François Fillon, Marc Joulaud, entre 2002 et 2007, et à nouveau pour son mari entre 2012 et 2013, quand il était député de Paris.

Employer sa femme au Parlement n’est pas illégal en France. Les parlementaires disposent d’une enveloppe de 9500 euros par mois pour rémunérer leurs collaborateurs. Mais «Le Canard enchaîné» assure que Penelope Fillon ne travaillait pas réellement alors qu’elle a touché 831 440 euros.

A lire aussi: François Fillon, les quinze jours les plus longs

Le Parisien a révélé qu’elle n’avait ni badge ni boîte mail à l’Assemblée nationale. L’Obs a ajouté qu’elle était censée travailler à la permanence RPR de la Sarthe, mais que personne ne l’avait vu là-bas. Envoyé spécial a diffusé une interview filmée en 2007 dans laquelle elle déclarait à un journal britannique qu’elle n’avait jamais été l’assistante de son mari.

Très discrète, Penelope Fillon était présentée comme une femme au foyer qui a élevé les cinq enfants du couple. Diplômée en droit, elle n’a jamais plaidé.

Pour sa défense, François Fillon a assuré que sa femme avait notamment corrigé ses discours et l’avait représenté lors de manifestations et auprès d’associations.

A lire aussi: Pourquoi la défense de François Fillon choque la presse étrangère

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds public, abus de biens sociaux et recel de ces délits le 25 janvier. François Fillon et sa femme ont été auditionnés séparément et des perquisitions ont été menées notamment à l’Assemblée nationale. Les résultats ne sont pas encore connus.

L’affaire de l’emploi à «La Revue des deux mondes»

Le Canard enchaîné a aussi révélé que Penelope Fillon avait été employée par «La Revue des deux mondes», une publication appartenant à un ami de François Fillon. Elle aurait touché 5000 euros par mois entre mai 2012 et décembre 2013 pour ne produire que quelques notes de lecture. Cet emploi fait aussi partie de l’enquête préliminaire.

L’affaire de l’emploi des enfants

Après les révélations du «Canard», François Fillon a révélé à l’antenne de TF1 qu’il avait parfois embauché ses enfants, avocats, en tant qu’assistants lorsqu’il était sénateur de la Sarthe de 2005 à 2007 pour leurs compétences. Or ni l’un ni l’autre n’était encore avocat à l’époque. L’enquête en cours a été étendue aux enfants aînés du couple.

Un hypothétique détournement de fonds en plus, selon Mediapart

Le candidat pourrait, un jour, être inquiété pour une autre affaire. Selon le site Mediapart, François Fillon serait impliqué dans un système de détournement de fonds publics qui concernerait des crédits réservés aux assistants parlementaires. Une information judiciaire est en cours, mais à ce stade, le candidat n’est pas concerné.