Etats-Unis

Pas de revenus de sources russes, ou presque, selon les avocats de Donald Trump

Hormis «quelques exceptions», les feuilles d’impôts du président américain Donald Trump ne montrent pas de revenus en provenance d’entités russes, ont assuré les avocats du magnat de l’immobilier à ce dernier, dans un courrier daté du 8 mars et rendu public vendredi

«Avec quelques exceptions – détaillées plus bas – vos déclarations fiscales ne montrent aucun revenu de sources russes», ont écrit les avocats Sheri A. Dillon et Willima. F. Nelson, du cabinet Morgan, Lewis & Bockius basé à Washington.

Lire aussi: L'affaire russe de Donald Trump en quatre points

Trois exceptions

Pour autant, les représentants citent trois transactions ayant généré des revenus de sources russes pour Donald Trump.

En 2013, le concours de Miss Univers, propriété de Donald Trump, est organisé à Moscou. Il rapporte au total en devises étrangères 12,2 millions de dollars dont «une partie substantielle est attribuable à l’événement de Moscou». En 2008, la société Trump Properties vend un bien immobilier en Floride à un milliardaire russe pour 95 millions de dollars. Au cours de ces dix années, la Trump Organization et des parties tierces ont aussi vendu des biens ou des services à des Russes, comme des chambres d’hôtel, des appartements, des tours de golf ou des produits de la marque Trump.

Les avocats détaillent que dans les déclarations d’impôts de M. Trump ne figurent «aucune dette due par vous-même ou la Trump Organization à des créanciers russes ou aucun intérêt versé par vous ou par la Trump Organization à des créanciers russes, aucun placement en actions par des entités ou des personnes russes dans des entités contrôlées par vous ou la Trump Organization, ou aucun placement en actions ou obligations par vous ou la Trump Organization dans des entités russes».

Trump interviewé par la chaîne NBC

Dans une interview avec la chaîne NBC diffusée jeudi, Donald Trump avait cité cette lettre et affirmé que «hormis ces (exceptions), je n’ai rien à voir avec la Russie».

Cette lettre est rendue publique après le limogeage mardi du chef du FBI qui enquêtait sur une éventuelle collusion entre des membres de l’équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement russe, accusé d’interférence dans la présidentielle américaine. Evoquant le renvoi de M. Comey, il a expliqué sur la même chaîne: «En fait quand je me suis décidé, je me suis dit: ce truc avec la Russie, Trump et la Russie, c’est une histoire inventée».

Lire également: Le limogeage du patron du FBI renforce la suspicion sur les liens russes de Donald Trump

Publicité