Barack Obama, à la veille du premier anniversaire de sa triomphale élection, a été confronté à une journée électorale difficile, durant laquelle les républicains ont conquis les postes de gouverneurs des Etats de Virginie et du New Jersey. Des résultats qui ne changent pas l’équilibre du pouvoir à Washington mais qui sont interprétés comme un changement de cap de l’électorat.

L’an prochain, en 2010, un tiers du Sénat, toute la Chambre des représentants et plus des deux tiers des gouverneurs vont être élus dans le cadre des élections de mi-mandat, cruciales pour le président américain. Et les républicains comptent sur la crise économique, le chômage et la guerre qui s’enlise en Afghanistan pour améliorer leurs positions.

Dans le New Jersey, bastion démocrate où le président s’était rendu dimanche pour la deuxième fois en quelques semaines pour soutenir le gouverneur sortant Jon Corzine, le républicain Chris Christie, ancien procureur, a remporté la bataille avec 49% des voix contre 44% à Corzine. Les deux hommes étaient au coude-à-coude dans les sondages. «Une victoire pour les républicains dans le New Jersey profondément démocrate enverrait des ondes de choc qui seraient ressenties jusque sur les marches de la Maison Blanche», estimait mardi le site de commentaires républicain redstate.com.

Soucieux de réduire l’impact de ces consultations, le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs a déclaré mardi devant la presse qu’elles n’avaient pas beaucoup d’importance. «Je ne pense pas que le président croie que ces consultations soient vraiment significatives pour l’avenir», a déclaré Robert Gibbs.

Barack Obama avait également fait campagne en Virginie, un fief conservateur conquis pour la première fois par les démocrates l’an dernier, mais la victoire, conformément aux sondages, est allée au républicain Bob McDonnell, élu gouverneur avec une large avance sur le démocrate Creigh Deeds.

Les partis républicain et démocrate suivaient également avec attention le déroulement du scrutin dans une petite circonscription du nord de l’Etat de New York: un siège vacant à la Chambre des représentants doit être pourvu, et la lutte entre un démocrate et un candidat très conservateur pourrait fournir un signal aux stratèges républicains. Les résultats n’étaient pas encore connus en fin de soirée mardi.

Le vice-président Joe Biden a effectué lundi une visite dans ce 23e district de l’Etat de New York, où ce qui est en jeu va bien au delà d’un siège au Congrès. Il s’agit plutôt de la définition même de l’âme du parti républicain, dévasté par le triomphe d’Obama à l’élection présidentielle et par l’actuelle hégémonie démocrate au Congrès.

Le favori démocrate Bill Owens s’oppose à un «outsider» du Parti conservateur, Douglas Hoffman, soutenu par l’aile droite des républicains. Derrière Douglas Hoffman se sont rangés l’ancienne gouverneur de l’Alaska Sarah Palin et le gouverneur du Minnesota Tim Pawlenty qui sont considérés comme des candidats possibles à la Maison Blanche en 2012.