Drôle. Menteur. Populiste. Populaire. Churchillien. Egocentrique. Brouillon. Génial. Tout, et son contraire, a été dit sur Boris Johnson. Le premier ministre britannique est tour à tour considéré comme un bouffon sans colonne vertébrale, un dangereux extrémiste qui flirte avec l’extrême droite ou un visionnaire charismatique. Après sa victoire sans appel aux élections législatives de décembre, il n’a plus à convaincre de son extraordinaire sens politique. Mais, alors que le Royaume-Uni va officiellement sortir de l’Union européenne vendredi soir à minuit, que compte-t-il faire de son mandat? Le Brexit, d’accord, mais pour quoi faire?

Lire aussi: Brexit: ce qui va changer (et ce qui ne va pas changer) vendredi à minuit