Si les temps sont durs pour les ONG, elles le sont aussi pour le Comité international de la Croix-Rouge. Dans le rouge, l’auguste organisation humanitaire se voit contrainte de restructurer. Dans le cadre du plan budgétaire 2021, elle va procéder à des économies de 25 millions de francs au siège à Genève, supprimer 95 postes et licencier environ une soixantaine de personnes. Des réductions de programmes, voire, dans le pire des cas, l’éventuelle fermeture de délégations sur le terrain vont également être étudiées.

Trois années déficitaires

Directeur général du CICR depuis le 30 mars, Robert Mardini explique les efforts budgétaires pour 2021: «Les 25 millions d’économies comprennent 15 millions que nous comptons réinvestir afin d’aborder l’avenir dans les meilleures conditions. Ils serviront notamment à poursuivre la transformation numérique du CICR, à diversifier nos sources de financement et à renforcer notre capacité à travailler en partenariat.» Le Libano-Suisse ne donne pas davantage de détails, car c’est maintenant que l’organisation va peser et soupeser son fonctionnement futur. «Jusqu’en novembre, avec les chefs de délégation, nous allons examiner toutes nos activités terrain. Nous allons voir si cela fait sens d’être présents partout, si toute la gamme des services CICR est justifiée et s’il faut réduire notre présence physique.»