ONU

Rodrigo Duterte tancé pour sa politique anti-drogue sanguinaire

Le Conseil des droits de l’homme a adopté jeudi une résolution exhortant le pouvoir philippin à cesser le carnage qui aurait fait plus de 27 000 morts. A Genève, on estime que la résolution est un pas modeste mais important pour stigmatiser la politique de Manille

Les refus du Brésil de Bolsonaro, de la Hongrie d’Orban ou de l’Arabie saoudite de Mohammed ben Salmane n’auront pas suffi. Jeudi, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté par 18 voix pour, 14 contre et 15 abstentions une résolution qui demande à la haut-commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet d’établir dans un an un «rapport écrit complet sur la situation des droits de l’homme aux Philippines». Le document exhorte Manille à coopérer avec les mécanismes des droits humains des Nations unies et à cesser «tout acte d’intimidation et de représailles».

Lire aussi: Amnesty réclame à l'ONU une enquête sur les meurtres aux Philippines