On peut avoir combattu dans le maquis pendant près de quarante ans et être très préoccupé à l’heure de débarquer en Europe. Rodrigo Londoño a été le dernier commandant en chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) qu’il a amenées à poser les armes en 2016. Le conflit qui a opposé «sa» guérilla, la plus ancienne et la plus puissante de toute l’Amérique latine, à l’Etat colombien et aux groupes paramilitaires a causé la mort de plus de 220 000 personnes, et mis la Colombie à feu et à sang.