> Cinquante ans d’indépendance

Quarante millions d’Africains ont émigré depuis les indépendances. Les anciennes métropoles se métissent, le reste du monde aussi. Beaucoup déplorent la fuite des cerveaux. D’autres se demandent comment mieux mettre à profit cette source de richesse. Car les flux financiers qui retournent vers le continent sont immenses: «Les diasporas africaines disposent de compétences et de capacités de financement; leurs actifs sont estimés entre 700 milliards et 800 milliards de dollars, soit plus que le PIB de l’Afrique», écrit Philippe Hugon.

Les transferts financiers vers le continent noir ont augmenté de 55% depuis l’an 2000, rappelle Le Monde diplomatique. Les dirigeants de Western Union contrôleraient 20% de ces transferts et leurs commissions sont importantes. Le continent pourrait s’en inspirer pour davantage bénéficier de ses réseaux.

C’est aussi ce qu’espèrent les institutions financières internationales pour qui ces fonds sont plus sûrs et plus stables que ceux de l’aide publique au développement. Faut-il élaborer des politiques visant à associer les concitoyens vivant à l’étranger? Faut-il s’inquiéter de cette économie de charité qui ne développera pas? La collectivité publique pourrait-elle davantage bénéficier de ces transferts? Quelques pistes sont proposées. Certains nouveaux sites permettent à la diaspora de commander des courses (ou autres) online et de les faire délivrer à leurs proches, au pays.