Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Avec 331 députés en 2012, les socialistes et leurs alliés avaient la majorité absolue. Ils n’en ont plus que 30 aujourd’hui, soit dix fois moins.
© Pexels.com

Gauche

La rose fanée du Parti socialiste français

Le congrès de la formation, ce week-end à Aubervilliers, a une mission presque impossible: redonner vie à un mouvement laminé par l’exercice du pouvoir

François Hollande sera quand même présent au 78e congrès du Parti socialiste français qui s'ouvre ce samedi à Aubervilliers, en banlieue parisienne. Sauf énorme surprise, l’ancien président de la République n’assistera pas en personne au rassemblement de la formation dont il fut le premier secrétaire pendant dix ans, de 1998 à 2008, avant de le porter à nouveau aux commandes du pays après sa victoire à la présidentielle de 2012.

Mais plusieurs cadres et personnalités du parti ont eu le loisir, ces derniers jours, de lire les bonnes feuilles du livre que l’ex-locataire de l’Elysée devrait publier la semaine prochaine aux Editions Stock. Et son titre annoncé, Les leçons du pouvoir, a de quoi faire réfléchir au sein du PS, qui a payé cash l’addition du quinquennat 2012-2017. Avec 331 députés en 2012, les socialistes et leurs alliés avaient la majorité absolue. Ils n’en ont plus que 30 aujourd’hui, soit dix fois moins, dont la plupart élus parce que le parti d’Emmanuel Macron n’avait pas présenté de candidat contre eux. Plus grave encore: le score désastreux - 6,35% des suffrages - à la présidentielle du candidat vainqueur de la primaire socialiste, Benoit Hamon. Un résultat-boulet complété par une douloureuse sécession: l'intéressé, contesté après sa défaite, a fini par créer son propre mouvement, Génération(s).

Sévère cure d'amaigrissement

Le congrès d’Aubervilliers est, au sommet, déjà bouclé. Un nouveau premier secrétaire, le député Olivier Faure (Seine-et-Marne), a été désigné à la fin mars. C’est donc sur le terrain périlleux de la ligne politique de ce parti décimé, et de la future équipe constituée pour le relancer, que ces deux jours de débats sont attendus. Avec, en plus, une équation financière bien différente de celle des années précédentes: la dotation de l’Etat, alignée sur le nombre d’élus nationaux, tournera en 2018 autour de 7 millions d’euros, contre 25 millions par an durant le quinquennat précédent. Le prestigieux siège parisien de la rue de Solferino, en plein quartier des ministères, a d’ailleurs été vendu en début d’année pour 45,5 millions d’euros. La cure d’amaigrissement ne pouvait pas être plus rude.

Idem sur le plan politique. Même s’il conserve des bastions locaux, cinq régions et quelques maires de grandes métropoles (Paris, Nantes, Lille, Strasbourg, Dijon…), le Parti socialiste a perdu l’initiative du débat à gauche, dépassé par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, tandis que l’ancien premier ministre Manuel Valls a rallié Macron. La crise aiguë de la social-démocratie européenne a balayé les socialistes, et le tournant économique pragmatique du quinquennat Hollande a laissé de vives blessures, comme l’a prouvé l’hostilité des manifestants à l’égard d’Olivier Faure le 22 mars, lors de la journée de protestation nationale qui a précédé la grève de la SNCF. Un malaise confirmé par la chute vertigineuse du nombre d’adhérents de l’ex-parti de François Mitterrand. Ils étaient 120 000 en 2012. Ils ne seraient plus que 50 000 à jour de cotisation. La rose socialiste française apparaît sérieusement fanée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a