Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Tariq Ramadan lors d'une interview à New York en 2010.
© © Mike Segar / Reuters

royaume-uni

Au Royaume-Uni, les attaques contre Tariq Ramadan n’ont jamais pris

Professeur à Oxford, le prédicateur n’est pas aussi controversé que sur le continent

Tandis que les deux plaintes pour viols contre Tariq Ramadan créent le scandale en France, le silence demeure presque complet au Royaume-Uni, où l’islamologue est installé. L’Université d’Oxford, où il est professeur d’études islamiques contemporaines, fait le dos rond. Lundi, elle s’en tenait au communiqué a minima qu’elle avait publié il y a une semaine quand la première accusation avait été rendue publique: «Nous sommes au courant de ces accusations. Nous les prenons extrêmement sérieusement. Nous ne pouvons pas faire plus de commentaires.»

Les médias britanniques sont de même très discrets. La BBC n’a pas relaté l’information. D’autres, comme le Guardian, le Sun ou le Daily Telegraph, l’ont fait brièvement et de façon purement factuelle.

Conseiller du gouvernement

L’absence de retentissement tient largement à l’image très différente du prédicateur outre-Manche par rapport au continent. Si Tariq Ramadan est une personnalité régulièrement présente dans les médias britanniques, il y reste beaucoup moins connu et n’a jamais été précédé d’une odeur de soufre.

Les autorités britanniques ont régulièrement fait appel à ses connaissances. Peu après les attentats du 7 juillet 2005, le Suisse avait rejoint un groupe de réflexion du Ministère de l’intérieur sur la question de la radicalisation. Plus récemment, en 2014, il a siégé dans un groupe du Ministère des affaires étrangères sur la Liberté de la religion et de la croyance, désormais dissous.

Le tabloïd Sun avait tenté de s’attaquer à Tariq Ramadan juste après les attentats de 2005. Il l’avait mis en une, titrant: «Interdit aux Etats-Unis, bienvenu au Royaume-Uni». L’homme avait vu son visa américain révoqué l’année précédente, parce qu’il soutenait une association qui finançait le Hamas, d’après l’administration de George W. Bush. Il avait dû renoncer à un poste à l’université américaine Notre Dame, et s’était ainsi retrouvé à enseigner à Oxford. Mais jamais les attaques contre le prédicateur n’ont vraiment pris outre-Manche.

Lire également: En France, l’affaire Ramadan tourne à la curée 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a