La grève massive des transports ferroviaires ce samedi – neuf compagnies qui débraient, soit l’essentiel des trains britanniques – est le dernier signe du large et inhabituel mouvement de colère sociale qui secoue le Royaume-Uni. Cela sera la quatrième fois depuis le 20 juin que le système ferroviaire est immobilisé, deux syndicats alternant les arrêts. Des grèves ont également eu lieu dans les bus, le métro de Londres, BT (autrefois British Telecom), certaines universités, des pubs… «C’est l’été du mécontentement», estime le représentant du syndicat GMB, Steve Garelick. Le terme fait écho à l’hiver du mécontentement de 1979 quand le pays était immobilisé, avec des arrêts allant des usines au ramassage des ordures en passant par… les fossoyeurs.