Le magnat des médias Rupert Murdoch a «délibérément fermé les yeux» sur l’affaire des écoutes téléphoniques au sein d’un de ses tabloïdes et il n’est pas «apte» à diriger un grand groupe international, a estimé mardi une commission parlementaire britannique.

«Rupert Murdoch a fermé les yeux et fait preuve d’un aveuglement délibéré sur ce qui se passait dans ses sociétés et publications», a estimé la commission au terme de plus de neuf mois d’enquête sur le scandale des écoutes au sein de l’ex-tabloïde News of the World, fermé en juillet 2011. «Nous en concluons donc que Rupert Murdoch n’est pas apte à assumer la direction d’un grand groupe international» comme le sien, indique la commission dans son rapport final de 121 pages.

Ce rapport épingle aussi James Murdoch, le fils du magnat des médias, accusé d’avoir fait preuve d’une «ignorance délibérée» sur ce qui se passait au sein de l’ex-tabloïde, ce qui «soulève des questions sur sa compétence».

Les responsables des compagnies mères, «notamment Rupert Murdoch et James, devraient être prêts à faire face à leurs responsabilités», affirme la commission.

Cette mise en cause de Rupert et James Murdoch intervient au moment où l’Ofcom, le gendarme des médias, mène une enquête qui pourrait le conduire à retirer sa licence de diffusion au bouquet de chaînes par satellite BSkyB, dont le groupe Murdoch est le principal actionnaire.

Dans une première réaction, News Corp., le groupe qui chapeaute l’empire de Rupert Murdoch, s’est contenté d’indiquer qu’il était «en train d’étudier soigneusement» le rapport de la commission et qu’il répondrait «rapidement».

Les députés accusent les dirigeants du groupe d’avoir «trompé la commission sur la vraie nature et l’étendue des investigations qu’ils ont affirmé avoir mené sur les écoutes téléphoniques». l appartient désormais au Parlement de décider «quelles sanctions doivent être imposées à ceux qui ont traité la commission avec mépris», indique le rapport, sans autres précisions.

Le magnat des médias, âgé de 81 ans, avait comparu devant cette instance en juillet 2011 avec son fils James qui a été convoqué une deuxième fois en novembre.

James Murdoch, 39 ans, qui a démissionné fin février de la présidence de News International puis de celle début avril du bouquet satellitaire BSkyB à cause du scandale, était il y a encore un an pressenti pour succéder à son père à la tête de l’empire des médias.

La commission a mené des investigations et des auditions parallèlement à d’autres enquêtes, conduites par la police et par une commission indépendante.

L’Ofcom, qui mène de son côté une enquête pour s’assurer que BSkyB reste un opérateur «apte et convenable», a indiqué mardi qu’il poursuivait ses investigations, «au vu des nouveaux éléments qui sont apparus».

.