La Russie poursuit son escalade verbale contre l’Occident. Mardi soir, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a fait une série de déclarations à l’agence officielle RIA Novosti traduisant le mécontentement de Moscou envers ses rivaux géopolitiques. En poste depuis 2004, il a indiqué que si les relations entre Washington et Moscou ne s’arrangent pas (cela n’en prend pas le chemin), les deux pays vivront dans des conditions «dignes de la guerre froide, voire encore pire». Le Kremlin n’a pas digéré que le président américain Joe Biden ait traité son homologue russe de «tueur» et qu’aucune date ni lieu n’ait encore été fixé pour une rencontre entre les deux chefs d’Etat.

Lire aussi: Les «lignes rouges» de Vladimir Poutine