La réaction de Moscou est tombée vendredi, parfaitement prévisible. La veille, un tribunal néerlandais avait mis directement en cause la responsabilité russe et condamné à la perpétuité deux citoyens russes et un ukrainien pour leur participation à la destruction du vol MH17 de la Malaysia Airlines, en 2014, qui avait tué 298 personnes. Or la Russie ne conteste pas tant les conclusions de la justice que sa méthode. Il fallait intégrer des enquêteurs russes, faire place aux arguments venus de Russie, prendre en compte la version des événements défendue par Moscou, a énuméré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.