Experts militaires, spécialistes de la dissuasion nucléaire et écologistes dissèquent les indices pour comprendre ce qui s’est passé le 8 août dernier au large d’Arkhangelsk. Une explosion, suivie d’un bref pic de radioactivité dans la région, sept morts et six blessés. Deux décès chez les militaires, cinq parmi les employés du monopole russe de l’industrie nucléaire Rosatom. Des chercheurs et des ingénieurs «appartenant à l’élite» de l’institut Vniief, connu pour concevoir les armes nucléaires russes.

Lire aussi: Cinq morts sur une base militaire