Saddam Hussein, 65 ans, a battu hier son propre record: il a été réélu pour sept ans avec 100% des voix et 100% de participation, contre seulement 99,96% des suffrages lors du référendum de 1995: 11 445 638 Irakiens auraient donc répondu oui à la question posée mardi: «Etes-vous d'accord pour que Saddam Hussein reste président?» Pour Izzat Ibrahim, vice-président du Conseil de commandement de la révolution et numéro deux du régime, il s'agit d'un «acte d'allégeance de tout un peuple à son chef», la population ayant «préféré la lumière et la foi à l'obscurité, la civilisation à la barbarie, la victoire à la défaite». Izzat Ibrahim a également affirmé que cette grande victoire constituait un défi aux Etats-Unis mais que le référendum n'avait pas été pensé comme tel. «Il n'est pas surprenant ou étrange que cette pratique démocratique unique […] mérite une telle participation et une telle réussite éclatante, qui l'emportent sur les plus hautes formes de pratiques démocratiques partout dans le monde, en particulier dans les pays qui manifestent de l'hostilité à l'Irak et l'ont combattu», a ajouté Izzat Ibrahim. Aucun observateur indépendant n'a été autorisé à surveiller la consultation, dont Saddam Hussein, au pouvoir depuis 1979, était le seul candidat. Selon un sondage réalisé avant le plébiscite, le raïs n'aurait recueilli que 1,8% d'avis favorables dans le Kurdistan.