Le président colombien, Juan Manuel Santos, a annoncé mercredi la saisie d’une cargaison de 12 tonnes de cocaïne, un record historique pour ce pays, premier producteur et exportateur mondial de cette drogue.

Cette saisie, d’une valeur estimée à 360 millions de dollars, intervient peu après que le président américain, Donald Trump, a réitéré sa «préoccupation», dans une lettre envoyée fin octobre à son homologue colombien, «face à l’extraordinaire expansion» en Colombie des plantations de coca, l’ingrédient de base de la cocaïne.

Lire aussi: Bienvenue 
à Escobarland

«Jamais auparavant, depuis que nous avons commencé il y a plus de quarante ans à lutter contre le narcotrafic, nous n’avions effectué une saisie de cette ampleur», a fait valoir mercredi Juan Manuel Santos devant les journalistes.

Entre 2014 et 2016, les cultures de coca sont passées de 69 000 à 146 000 hectares, selon les Nations unies, qui considèrent la Colombie comme le premier producteur et exportateur mondial de cette drogue. Dans le même temps, les saisies ont augmenté. «Avec cette saisie, nous dépassons le chiffre des saisies de l’an dernier: cela fait 362 tonnes cette année», contre 317 en 2016, a souligné le président Santos.

Un gang prêt à se rendre aux Etats-Unis

La cargaison saisie appartenait au chef du Clan del Golfo, Dairo Antonio Usuga, alias Otoniel, qui est actuellement l’homme le plus recherché en Colombie. Les Etats-Unis ont offert une récompense de cinq millions de dollars pour son arrestation. La drogue a été saisie dans une zone de production de bananes du département d’Antioquia (nord-ouest).

Lire aussi: Alors que la production mondiale de cocaïne a chuté de 20% en six ans, elle explose en Colombie

Dans un communiqué, la police a expliqué qu’environ 400 agents de lutte antidrogue avaient lancé une opération contre quatre propriétés des villes de Chigorodo et Carepa et y avaient trouvé la drogue, cachée sous terre.

Le gang, formé par d’ex-paramilitaires de milices armées d’extrême droite démobilisés en 2016, avait annoncé début septembre qu’il était prêt à se rendre aux autorités après presque deux ans de lutte intensive menée par la police. L’organisation a compté jusqu’à 4000 membres mais, après une vaste offensive lancée par le gouvernement, il compterait aujourd’hui environ 1800 hommes, selon le Ministère de la défense.

Cette saisie constitue «un résultat très important et significatif, mais les réclamations des Etats-Unis ne visent pas les saisies» mais plutôt l’extension de la production de coca, a expliqué à l’AFP Jeremy McDermott, directeur d’InSight Crime, un centre de recherche sur le crime organisé.

L’objectif d’éradiquer 100 000 hectares de cultures illégales de coca

Dans sa lettre en octobre, Donald Trump appelait Bogota à «diminuer la production et le trafic de drogue en Colombie». «J’ai exprimé ces préoccupations, car j’ai promis au peuple des Etats-Unis que nous empêcherions que les drogues traversent nos frontières et j’ai besoin de votre aide», a-t-il écrit.

Lire aussi: Alvaro Pico Malaver, le général colombien qui a osé la paix

En novembre, le gouvernement de Juan Manuel Santos et les FARC ont signé un accord de paix mettant un terme à cinquante-trois ans de conflit armé entre cette guérilla marxiste, les paramilitaires d’extrême droite et les agents de l’Etat. Ce conflit a fait près de 260 000 morts, 60 000 disparus et 7,1 millions de déplacés, selon les chiffres officiels.

Par cet accord, Bogota a dit espérer éradiquer cette année 100 000 hectares de cultures illégales de coca, le trafic de drogue ayant permis d’alimenter certains groupes des FARC.