Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Arrestation d'une des personnes qui étaient au 79, rue des Quatre-vents lors de l'intervention de la police à Molenbeek, vendredi après-midi.
© REUTERS TV

Terrorisme

Salah Abdeslam était «prêt à refaire quelque chose» à Bruxelles

C'est ce qu'a annoncé le ministre belge des Affaires étrangères ce dimanche, deux jours après l'interpellation du principal suspect dans les attentats de Paris. Notre suivi depuis l'arrestation de Salah Abdeslam, vendredi soir

Dimanche

17h00. Salah Abdeslam «prêt à refaire quelque chose» à Bruxelles. C'est ce qu'a expliqué ce dimanche après-midi le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. «Les premiers commentaires venant de Salah Abdeslam hier (samedi) étaient qu'il voulait aller au Stade de France et qu'il allait se faire exploser, mais il ne l'a pas fait. Et l'autre information est qu'il était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles», a déclaré le ministre lors d'un colloque international organisé à Bruxelles par l'institut américain German Marshall Fund, qui a cité les propos du chef de la diplomatie belge dans un communiqué.

11h00. Vers une plainte contre le parquet de Paris? Sven Mary, l'avocat du suspect-clé des attentats de Paris Salah Abdeslam, ténor du barreau de Bruxelles, va porter plainte demain lundi contre le procureur de Paris François Molins pour violation du secret de l'instruction, affirme la presse dominicale belge.

François Molins a partagé à la presse des déclarations aux enquêteurs belges du terroriste présumé, qui a déclaré qu'il «voulait se faire exploser au Stade de France» le soir des attentats, avant de faire «machine arrière». Cette «lecture d'une partie de l'audition de M. Abdeslam en conférence de presse constitue une violation du secret de l'enquête», pour Sven Mary, cité par le quotidien belge francophone Le Soir. «Jusqu'à présent, personne n'avait donné de détails sur l'enquête, seulement sur l'état médical de mon client et sur le déroulement de la procédure à venir.»

Lire: Objectif Paris: comment Salah Abdeslam a participé aux tueries du 13 novembre
 

Les événements de samedi

  • Salah Abdeslam a quitté l'hôpital samedi matin et a été inculpé pour «meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste»
  • Il refuse d'être extradé, selon son avocat, mais un mandat d'arrêt européen pourra avoir les mêmes effets, selon les autorités judiciaires françaises, d'ici 3 mois. Il est incarcéré à Bruges.
  • Interpol demande à tous ses membres une vigilance accrue aux frontières pour ne pas laisser s'échapper d'éventuels complices.

18h50. Conférence de presse. C'est l'heure à laquelle le procureur de Paris François Molins a finalement rencontré les journalistes pour les informer. Sans s'appesantir sur les événements de Bruxelles, qui sont du ressort de son collègue belge, il est revenu sur le fonctionnement de la procédure du mandat d'arrêt européen, confirmant que la remise de Salah Abdeslam à la France ne pourrait pas excéder 3 mois à partir de la date de  son arrestation. 

Il a aussi mentionné  que Salah Abdeslam a affirmé devant les enquêteurs belges qu'il devait «se faire exploser au Stade de France avant de faire machine arrière». «Salah Abdeslam devra notamment expliquer sa présence dans le 18e arrondissement de Paris», a nuancé le procureur français. On se souvient que dans son communiqué l'Etat islamique avait évoqué un attentat dans le 18e arrondissement de Paris, qui n'a pas eu lieu. Les experts rappellent aussi qu'il faut rester très prudent sur les déclarations du terroriste présumé, qui veut peut-être aussi passer des messages à ses complices.

Lire: Objectif Paris: comment Salah Abdeslam a participé aux tueries du 13 novembre

18h20. Un délai maximal de 90 jours. Le ministre français de la Justice rappelle dans un communiqué les règles du fonctionnement du mandat d'arrêt européen: «Cette procédure remplace, entre les Etats membres de l'Union européenne, la procédure d'extradition. Contrairement à l'extradition, c'est une procédure exclusivement judiciaire, dans laquelle le pouvoir exécutif n'intervient pas (...)  La décision définitive sur la remise de Salah Abdeslam doit ainsi intervenir dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation, ou 90 jours s'il devait exercer un recours devant une juridiction suprême». Et enfin: «Le refus par la personne concernée d’être remise aux autorités étrangères ne fait pas obstacle à l’exécution de la remise». 

17h30: Salah Abdeslam pour un moment en Belgique? Salah Abdeslam comparaîtra mercredi devant la chambre du conseil de Bruxelles qui décidera de la prolongation de son mandat d’arrêt (belge). Concernant le mandat européen, l’inculpé devra à nouveau comparaître devant la chambre du conseil dans les 15 jours, a précisé l'avocat du présumé terroriste, Me Sven Mary. Une ambulance a quitté le siège de la police fédérale avec, pense-t-on, à son bord Salah Abdeslam, direction la prison de Bruges, l'une des plus grandes du pays, très sécurisée. C'est là qu'est incarcéré Mehdi Nemmouche, l'auteur de la tuerie au musée juif de Bruxelles. Comme trois des complices de Salah Abdeslam.

16h15. Inculpation. Salah Abdeslam est inculpé pour «meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste» fait savoir le parquet belge. Un complice, «le soi-disant Monir Ahmed Alaaj alias Amine Choukri» arrêté en même temps que lui vendredi à Bruxelles, a été inculpé des mêmes chefs d'accusation et a également été placé en détention, a précisé le parquet dans un communiqué.

15h30. Sur la piste de la pizza. Il semblerait selon certains médias que ce soit la commande de pizzas en grande quantité qui ait mis les enquêteurs sur la piste de Salah Abdeslam. La famille qui habitait au 79, rue des Quatre-vents a ainsi attiré l'attention de la police, qui surveillait déjà la maison et d'autres depuis que l'ADN du jeune homme avaient été retrouvé sur un verre retrouvé dans la maison perquisitionnée à Forest, une autre commune bruxelloise, mardi. Selon d'autres médias, la police aurait reçu un renseignement ciblé d'un proche de Salah Abdeslam. Celui-ci aurait commis une imprudence fatale en utilisant son téléphone portable pour contacter un ami de Molenbeek pour qu'il lui trouve un nouveau point de chute après la perquisition de mardi à Forest, selon la RTBF. L'enquête devra le dire, en ce cas l'arrestation serait finalement due à un bienheureux hasard. Toujours est-il qu'en pénétrant dans l'appartement, les policiers sont tombés sur une famille avec enfants, deux amis venus prendre le thé et sur le terroriste présumé.

14h30. Alerte aux frontières. A la suite de l'arrestation de Salah Abdeslam,  Interpol recommande une «vigilance accrue» aux frontières de ses 190 membres pour éviter la fuite de complices. Il ne s'agirait en effet pas de reproduire le couac énorme du 14 novembre, quand sa voiture a été arrêtée par des gendarmes qui l'ont finalement laissée passer, le nom du principal suspect n'étant pas encore arrivé jusqu'aux systèmes centralisés. «Toute personne liée à Abdeslam pourrait s'inquiéter que sa localisation soit révélée et tenter de partir pour éviter d'être repérée» insiste Interpol.

14h15. Refus d'extradition, mais... L'avocat de Salah Abdeslam prévoit que son client refusera d'être extradé vers la France. Cependant «il collabore avec la justice belge», toujours selon Maître Sven Mary. Mais selon plusieurs experts, il pourrait être remis à la France aux termes du mandat d'arrêt européen plutôt qu'extradé, une procédure plus longue. Le mandat d'arrêt européen est une procédure purement judiciaire, de parquet à parquet, sans intervention directe du gouvernement, elle est beaucoup plus rapide et sûre, au point de vue juridique, que l'extradition.

14h00. La famille «soulagée». «Mohammed Abdeslam, avec qui je me suis encore entretenue il y a quelques minutes, m'a chargée de véhiculer ceci (...): ce qu'il souhaite dire, au nom de sa famille, c'est qu'il y a un sentiment de soulagement», a déclaré l'avocate du frère du présumé terroriste arrêté hier,  interrogée par la télévision belge RTBF.

«D'abord parce que Salah a été arrêté vivant. C'était une des espérances de la famille. Soulagement également parce que la chasse à l'homme a pris fin, et qu'il faut se rendre compte que cette famille est sous pression non-stop depuis quatre mois», a ajouté Me Gallant.

14h00. Inculpation à venir. A la mi-journée, Salah Abdeslam a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en garde à vue. Les quatre autres personnes interpellées hier doivent aussi être présentées à un juge.

12h00. Déclarations belges. «Enfin, des présumés terroristes pourront comparaître vivants devant la justice» a déclaré ce matin le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. Le premier ministre Charles Michel n'est pas en reste:

ll semble que Salah Abdeslam sera incarcéré à Bruges avant son extradition vers la France, qui se fera «selon la loi»

11h00. «Un coup important porté à l'organisation terroriste Daech en Europe» selon Paris. «Les opérations de la semaine écoulée ont permis de mettre hors d'état de nuire plusieurs individus qui ont fait la preuve de leur extrême dangerosité et de leur totale détermination. Salah Abdeslam devra répondre de ses actes devant la justice française, indique aussi ce samedi Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur. Ce matin s'est tenu à Paris un Conseil de défense, consécutif à l'arrestation de Salah Abdeslam hier.

Lire: Sur Salah Abdeslam, une avalanche de questions

9h00. Retour à la case police pour Salah Abdeslam. Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris, et un de ses complices ont été emmenés samedi matin hors de l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, où ils étaient soignés, a annoncé le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur sur son compte Twitter, sans préciser leur destination.

Les deux hommes avaient été légèrement blessés lors de leur arrestation vendredi. Ils devraient être rapidement entendus par la police et un juge d'instruction.

Lire: Salah Abdeslam, l'arrestation-miroir des attentats du 13 novembre

Toute la difficulté sera maintenant de les faire parler, tout en assurant leur sécurité. Ils pourraient être la cible d'attaques visant à les empêcher de révéler ce qu'ils savent, voire attenter à leur vie. La France s'attend à ce que la Belgique extrade Salah Abdeslam au plus vite, a déclaré hier soir le président François Hollande.

LireSalah Abdeslam arrêté, l’enquête continue

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a