Allemagne

Scandale après l’atterrissage d’urgence d’Angela Merkel

Angela Merkel est arrivée avec plus de 12 heures de retard au sommet du G20 en Argentine, à cause de la défection de l’un des sept avions officiels du gouvernement fédéral. L’affaire fait scandale en Allemagne

Vendredi, l’armée de l’air allemande annonçait qu’une défaillance du système de communication à bord de l’Airbus Konrad Adenauer d’Angela Merkel avait contraint la chancelière et sa délégation à un atterrissage d’urgence à Cologne jeudi soir, mettant les freins de l’appareil – obligé d’atterrir sur une piste courte avec un téléphone satellite comme seul contact avec le sol et alors qu’il venait de faire le plein – à rude épreuve: la fonction permettant de larguer le kérosène pour alléger l’avion en cas d’atterrissage impromptu était elle aussi en panne. C’est à bord d’un avion de ligne d’Iberia que la chancelière a finalement poursuivi sa route vendredi direction l’Argentine où l’attendait un dispositif de transfert spécial, pour qu’elle puisse au moins assister au dîner des chefs d’Etat et de gouvernement.

Les caricaturistes se sont aussitôt emparés de cette nouvelle panne d’un appareil officiel, estimant que le millionnaire Friedrich Merz, qui brigue la succession d’Angela Merkel à la tête de la CDU, n’aurait pas eu à grimper dans un avion de ligne pour se rendre au G20 en Argentine. Merz possède sa propre flotte…

Pannes successives

Cette énième panne de l’un des sept avions officiels du gouvernement fédéral – tous achetés d’occasion à la Lufthansa — interroge en Allemagne. En 2015, le Konrad Adenauer n’avait pu décoller pour l’Inde avec la chancelière à son bord en raison d’une panne. En juin, le président de la République Frank-Walter Steinmeier avait dû changer d’avion pour se rendre à Minsk à la suite d’un dommage hydraulique sur le Konrad Adenauer. Enfin en octobre dernier, le ministre des Finances Olaf Scholz avait dû rentrer avec un avion de ligne d’un sommet en Indonésie: des rongeurs avaient grignoté une partie des câbles de son appareil. «Un incident isolé ne doit pas nous faire revoir l’ensemble du dispositif», estimait alors Angela Merkel.

Cette ultime panne donne une dimension nouvelle au dossier. En question: la taille de la flotte officielle et les effectifs affectés à son service. Le gouvernement allemand ne dispose que de sept appareils, dont deux seulement pour les longues distances, obligeant présidence de la République, Chancellerie et Ministère des affaires étrangères à de permanentes mises au point sur leurs créneaux de vol. Vendredi, la chancelière n’a pu utiliser le second long-courrier officiel, le Theodor Heuss pourtant disponible, car son équipage n’était pas au complet.

L’incident survient alors que l’armée allemande est régulièrement au centre de polémiques, en raison de ses avions militaires A400M cloués au sol pour maintenance, de ses hélicoptères en panne ou de ses avions de chasse défectueux.

Publicité