Le bureau du procureur spécial sud-coréen a annoncé mardi la mise en examen du patron de Samsung Group, Lee Jae-Yong. Il est accusé de corruption, détournement de fonds et d'autres infractions dans le cadre de l'enquête sur un scandale national.

«Les enquêteurs spéciaux ont inculpé le vice-président de Samsung Electronics Lee Jae-Yong pour corruption, détournement de fonds, dissimulation d'actifs à l'étranger (...) et parjure», a déclaré Lee Kyu-Chul, porte-parole de l'équipe planchant sur cette affaire. Le vaste scandale a déjà entraîné la destitution de la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.

Lire aussi: Le patron de Samsung placé en détention provisoire

Fatals pot-de-vin

Lee Jae-Yong est accusé entre autres d'avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l'ombre de Park Geun-Hye, en contrepartie de faveurs politiques. Choi Soon-Sil est soupçonnée de s'être servie de son entregent pour contraindre les grands groupes industriels à «donner» près de 70 millions de dollars à des fondations douteuses sous son contrôle.

Samsung est celui qui s'est montré le plus généreux. Il a également versé à Choi Soon-Sil des millions d'euros, sous couvert de financer en Allemagne les entraînements sportifs de cavaliers sud-coréens, parmi lesquels la fille de Choi Soon-Sil. Le patron et héritier du conglomérat sud-coréen, âgé de 48 ans, a été arrêté le 17 février pour son implication dans une vaste affaire de trafic d'influence.

Trois démissions à la tête du groupe

Mardi aussi, trois cadres dirigeants du groupe ont démissionné mardi après leur inculpation pour corruption. Samsung a annoncé le «démantèlement» de son Bureau des stratégies futures, qui supervise toutes les décisions importantes du conglomérat.

Lee Jae-Yong, 48 ans, fils du président du premier conglomérat sud-coréen, avait déjà été placé en détention provisoire par la justice, à la demande des enquêteurs, le 17 février.

Cette inculpation signifie de manière quasi certaine qu'il sera renvoyé, avec ses quatre collègues, devant un tribunal, ajoutant encore à l'onde de choc pour un groupe qui pèse le cinquième de l'économie sud-coréenne. Samsung se remet à peine de la débâcle de son smartphone aux batteries explosives.

A ce propos: Le fiasco du Galaxy Note 7 de Samsung est bien dû à sa batterie