Ramesh «Sunny» Balwani, ex-directeur des opérations de Theranos, qui promettait de révolutionner les tests sanguins, a été plus sévèrement punie que son ancienne compagne Elizabeth Holmes, la fondatrice de la start-up californienne déchue. Il a été condamné, mercredi, à 155 mois de prison, selon une décision rendue par un juge fédéral américain.

Lire aussi: Elizabeth Holmes, ex star de la Silicon Valley, purgera une peine de 11 ans de prison

Jugé lors d'un procès distinct, Ramesh «Sunny» Balwani avait été déclaré coupable en juillet sur tous les dossiers de fraude envers les investisseurs et les patients de l'entreprise.

Les deux amants jugés séparément

Fondée en 2003, Theranos promettait d'inventer une machine capable de réaliser des centaines de diagnostics sanguins à partir d'une seule goutte de sang prélevée sur le doigt. Grâce à ce projet révolutionnaire, la start-up avait suscité l'enthousiasme de nombreux hommes d'affaires et hauts personnages. A son apogée, leur start-up était valorisée près de 10 milliards de dollars. Mais elle s'était effondrée lorsque le Wall Street Journal avait révélé en 2015 que la technologie n'avait jamais fonctionné comme prévu.

La condamnation de Ramesh Balwani intervient moins d'un mois après celle de la fondatrice de Theranos, Elizabeth Holmes, qui a écopé mi-novembre de 11 ans de prison. Un jugement dont elle a fait appel. L'ex-compagne de Ramesh Balwani s'était imposée comme une star de la Silicon Valley, grâce à un récit et une apparence très travaillés qui lui avaient permis de gagner la confiance des investisseurs.

Aux commandes de Theranos, les deux amants, qui étaient initialement poursuivis ensemble mais ont finalement été jugés séparément, avaient levé des centaines de millions de dollars de fonds.

Pour aller plus loin: Le mauvais sang d’Elizabeth Holmes, milliardaire précoce qui a trompé la Silicon Valley