«Les mots me manquent!» Sebastian Kurz affiche un visage poupin, fendu d’un large sourire ce dimanche soir. Le jeune conservateur jubile face aux dizaines de militants, réunis sous les ors d’un palais viennois. Son succès aux élections législatives est encore plus net qu’attendu. Il a quinze points d’avance sur les sociaux-démocrates, en deuxième position, fait plus du double du FPÖ, le parti d’extrême droite, arrivé troisième et améliore son résultat de 2017 de près de 6 points. Lui-même semble dépassé par l’ampleur de sa victoire, une belle revanche après l’Ibizagate, le scandale de corruption qui a touché en mai dernier le FPÖ et mis fin à la coalition entre l’extrême droite et les conservateurs.

Lire aussi: L'Autrichien Sebastian Kurz cherche des partenaires pour gouverner