Des milliers de secouristes, militaires, civils ou simples voisins s’affairaient dimanche à dégager les victimes et soigner les milliers de blessés du tremblement de terre qui a fait plus de 200 morts et disparus ainsi que 11 300 blessés au Sichuan (sud-ouest).

Plus de vingt-quatre heures après la secousse tellurique de magnitude 6,6 qui a détruit une dizaine de milliers d’habitations dans cette région montagneuse et très peuplée, les blessés continuaient d’affluer dans les hôpitaux submergés, la plupart accueillis sous des tentes dressées pour l’occasion.

Tragique précédent de 2008

Quatrième province la plus peuplée de Chine avec 80 millions d’habitants, le Sichuan, situé en bordure du plateau tibétain, renoue ainsi avec la tragédie, dans une proportion toutefois bien moindre qu’en mai 2008, quand un séisme d’ampleur historique, de magnitude 7,9, avait fait 87 000 morts dans la région de Wenchuan, 200 km au nord-est de l’épicentre de la secousse de samedi.

Pompiers et autres secouristes, qui ont travaillé toute la nuit de samedi à dimanche, utilisant des équipements radars et des chiens, ont réussi à extraire 91 personnes vivantes des décombres, selon le Ministère de la sécurité publique. Les équipes de secours continuaient de se déployer dans les zones reculées, peu accessibles en raison des nombreux glissements de terrain provoqués par le séisme.

Arrivé la veille au soir après avoir survolé en hélicoptère les zones dévastées, le premier ministre, Li Keqiang, en fonction depuis un mois, a rendu visite aux sinistrés.