Venezuela

Selon Hernan Castillo, «le soutien militaire à Nicolas Maduro va se désagréger» 

Le président par intérim Juan Guaido a-t-il perdu son pari en tablant sur un soutien de l'armée? Rien n'est moins sûr, selon les spécialistes vénézuéliens

Que va faire maintenant l’armée vénézuélienne ? Les forces armées sont le dernier rempart derrière lequel s’abrite Nicolas Maduro, ce président qui se maintient au pouvoir à la suite d’élections truquées et dont la légitimité est contestée par une partie croissante de la population ainsi que par de nombreux pays, dont les voisins latino-américains et les Etats occidentaux. Cette semaine, l’annonce faite par son opposant Juan Guaido, selon laquelle les militaires étaient désormais derrière lui, a semblé tourner court : les soldats, pour l’essentiel, sont restés dans leurs casernes tandis que les manifestants inondaient les rues. Mais ce refus d’intervenir des militaires est à double tranchant, et il semble masquer de grandes manœuvres en cours, qui pourraient bientôt déterminer le destin du pays.

Nicolas Maduro, qui avait mystérieusement disparu pendant plusieurs heures au plus fort de la contestation, a tenté de reprendre l’offensive jeudi. Il appelait l’armée à «désarmer tous les traîtres et tous les putschistes». «Loyauté toujours, trahison jamais !», lançait-il en guise de mot d’ordre aux soldats. Pour ne pas être en reste, le ministre de la Défense, Vladimir Padrino, martelait une fois de plus la loyauté des troupes au chef de l’État, «le seul et unique président».